Français /

Fiche de révision "La déclaration des droits de la femme" d'Olympe de Gouges TEXTE 3

Fiche de révision "La déclaration des droits de la femme" d'Olympe de Gouges TEXTE 3

user profile picture

Sisi-01

5 Followers
 

Français

 

1ère

Fiche de révision

Fiche de révision "La déclaration des droits de la femme" d'Olympe de Gouges TEXTE 3

 « La déclaration des droits de la
femme et de la citoyenne » d'Olympe
de Gouges
Texte 3 : A bas l'esclavage
Conclusion
_Introduction :
Olym

Commentaires (1)

Partager

Enregistrer

7

Analyse linéaire "la déclaration des droits de la femme" d'Olympe de Gouges TEXTE 3 à bas l'esclavage Fiche de révision oral de français baccalauréat

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

« La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » d'Olympe de Gouges Texte 3 : A bas l'esclavage Conclusion _Introduction : Olympe de Gouges est une politicienne et femme de lettres, née en 1748 et morte en 1793. Elle perd son mari à 17 ans ce qui lui permet de publier librement. C'est une auteure engagée du XVIII e siècle qui se bat contre l'esclavage, et l'égalité des sexes notamment dans son livre la « déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » dont elle défend cette cause. Olympe de Gouges a composé la « déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » en 1791 qui est une réécriture de « la déclaration des droits des hommes et du citoyen » du 26 août 1789. Elle considère que les femmes sont les grandes oubliées de la Révolution. Le texte analysé suit immédiatement le 2⁰ postambule après le plaidoyer en faveur de l'acte conjugal, et ouvre sur la deuxième partie de ce 2e postambule. Le thème principal est la dénonciation de l'esclavage. L'auteur utilise la description des deux milieux de vie pour dénoncer. L'auteure encourage les esclaves à réagir via ce texte. A sa lecture, nous pouvons nous demander comment Olympe de Gouges dénonce l'action...

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Légende alternative :

terrible des colons esclavagistes et plébiscite l'action régulatrice de la loi. Dans un premier temps, nous verrons la dénonciation anonyme des responsables des troubles dans les îles d'Amérique. Puis nous étudierons l'attaque du traitement inhumain des colons envers les esclaves. Enfin, nous nous pencherons sur l'affirmation du juste pouvoir de la loi. Support: postambule 2e de « Il était bien nécessaire >> à « chaque jour plus effroyables ! » (p35-36) 3055 Te an pris pe 5 60 A Il était bien nécessaire que je dise quelques mots sur les troubles que cause, dit-on, le décret en faveur des hommes de couleur³, dans nos îles. C'est là où la nature frémit d'horreur ; c'est là où la raison et l'humanité, n'ont pas encore touché les âmes endurcies; c'est là surtout où la division et la discorde agitent leurs habitants. Il n'est pas difficile de deviner les instigateurs de ces fermentations incendiaires: il y en a dans le sein même de l'Assemblée nationale: ils allument en Europe le feu qui doit embraser l'Amérique. Les colons prétendent régner en despotes sur des hommes dont ils sont A065 les pères et les frères ; et méconnaissant les droits de la nature, ils en poursuivent la source jusque dans la plus petite teinte de leur sang. Ces colons inhumains disent: notre sang circule dans leurs veines, mais nous le répandrons tout [entier], s'il le faut, pour assouvir notre cupidité, ou notre aveugle ambition. C'est dans ces lieux les → Comment Olympe de Gouges dénonce l'action terrible des colons esclavagistes et plébiscite l'action régulatrice de la loi ? Olympe de Gouges s'attaque sans conséssions aux colons esclavagistes ; elle dénonce non seulement leurs tentatives et actions violentes pour faire échouer la promulgation d'une loi en faveur des Noirs, mais aussi leurs pratiquent de l'esclavage. Pour cette fervante partisante de l'action parlementaire, la loi doit être la source, la garentie et la régulation de la liberté. Si la déclaration tend à établir l’égalité entre les hommes et les femmes ; elle n'en oublit pas pour autand son autre grand combat, celui sur l'esclavage. . L'ouverture possible est « Discours sur les inégalités » de Rousseau car l'auteur y expose sa conception de l'état de nature, de la perfectibilité humaine et y présente la propriété privée comme source de toutes les inégalités. Une citation peut être retenue qui est « tous les hommes (Hommes) sont égaux ». AS plus près de la nature, que le père méconnaît le fils; sourd aux cris du sang, il en étouffe tous les charmes ; que peut-on espérer de la résistance qu'on lui oppose? la contraindre avec violence, c'est la rendre terrible, la laisser encore dans les fers, c'est achemi- ner toutes les calamités vers l'Amérique. Une main divine semble répandre partout l'apanage de l'homme, la liberté; la loi seule a le droit de réprimer cette liberté, si elle dégénère en licence² ; mais elle doit être égale pour tous, c'est elle surtout qui doit renfermer³ l'Assemblée nationale dans son décret, dicté par la prudence et par la justice. Puisse-t-elle agir de même pour l'Etat de la France, et se 2580 rendre aussi attentive sur les nouveaux abus, comme elle l'a été 26 sur les anciens qui deviennent chaque jour plus effroyables! Mon opinion serait encore de raccommoder le pouvoir exécnic Explication linéaire Dénonciation anonyme des responsables des troubles dans les îles d'Amérique -(ligne 1-2) << que je dise; dit-on >> Présent d'énonciation -(ligne 1) « Il était bien nécessaire >> Modalité d'obligation - devoir Olympe de Gouges réagit à l'actualité politique immédiate, le décret de mai 1791, et la colère des colons. -(ligne 3-5) « la nature ; la raison et l'humanité ; la division et la discorde >> Antithèse de valeur -> allégorie et antithèse Olympe de Gouges met en scène les deux camps qui s'opposent. -(ligne 6-8) « Il n'est pas difficile de deviner les investigateurs de ces fermentations incendiaires : il y en a dans le sein même de l'Assemblée nationale : ils allument en Europe le feu qui doit embraser l'Amérique. » Rythme ternaire + tournure impersonnel (il) Olympe de Gouges ne nomme pas les responsables de cette violence pour mettre l'accent sur les effets dévastateurs et criminels de leurs positions. Attaque du traitement inhumain des colons envers les esclaves -(ligne 8-14) « Les colons ; despotes ; Ces colons inhumains; cupidité ; aveugle ambition >> Vocabulaire moral péjoratif Olympe de Gouges nomme enfin les colons pour donner à voir ce qui les rends inhumains. -(ligne 11-16) « la plus petite teinte de leur sang; notre sang circule dans leurs veines ; sourd aux cris du sang >> Métonymie -> désigné le tout par une partie + répétition x3 Olympe de Gouges dénonce l'attitude sacrilège des colons qui persécutent les hommes de << leurs familles » -> même sang -(ligne 15-16) « sourd aux cris du sang ; il en étouffe tous les charmes. >> Sensations auditives Olympe de Gouges souligne la tragique situation des esclaves qui n'ont pas de droit. Affirmation du juste pouvoir de la loi -(ligne 19-24) « Une main divine semble répandre partout l'apanage de l'homme, la liberté ; la loi seule a le droit de réprimer cette liberté, si elle dégénère en licence ; mais elle doit être égale pour tous, c'est elle surtout qui doit renfermer l'Assemblée nationale dans son décret, dicté par la prudence et par la justice. >> Phrase qui s'amplifie Le rythme porte en conclusion le mot final qui est justice. -(ligne 19-20) « Une main divine >> Métonymie -(ligne 19-20) « loi ; justice ; licences ; Assemblée National; droit de réprimer; doit être égal ; décret » Champs lexical juridique -(ligne 19-20) « liberté ; apanage de l'homme ; égal; justice >> Vocabulaire des droits humains Si Olympe de Gouges voit une origine divine dans le déploiement de la liberté, elle affirme que la loi doit s'appliquer pour l'encadrer et donc la protéger. -(ligne 24-26) << Puisse-t-elle agir de même pour l'état de la France, et se rendre aussi attentive sur les nouveaux abus, comme elle l'a été sur les anciens qui deviennent chaque jour plus effroyables ! >> Phrase exclamative -(ligne 24-25) << de même ; comme ; aussi » Adverbe + comparatifs Olympe de Gouges formule l'espoir d'une extension du pouvoir de la loi à l'échelle du pays.

Français /

Fiche de révision "La déclaration des droits de la femme" d'Olympe de Gouges TEXTE 3

Fiche de révision "La déclaration des droits de la femme" d'Olympe de Gouges TEXTE 3

user profile picture

Sisi-01

5 Followers
 

Français

 

1ère

Fiche de révision

Fiche de révision "La déclaration des droits de la femme" d'Olympe de Gouges TEXTE 3

Ce contenu est seulement disponible dans l'appli Knowunity.

 « La déclaration des droits de la
femme et de la citoyenne » d'Olympe
de Gouges
Texte 3 : A bas l'esclavage
Conclusion
_Introduction :
Olym

Ouvrir l'appli

Partager

Enregistrer

7

Commentaires (1)

Y

Quel belle fiche 😍😍 c'est sûr qu'elle va beaucoup aider

Analyse linéaire "la déclaration des droits de la femme" d'Olympe de Gouges TEXTE 3 à bas l'esclavage Fiche de révision oral de français baccalauréat

Contenus similaires

2

Olympe de Gouges La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne

Know Olympe de Gouges La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne  thumbnail

169

 

1ère

7

La Déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne Olympe de Gouges Préambule

Know La Déclaration des droits de la Femme et de la Citoyenne Olympe de Gouges Préambule thumbnail

301

 

1ère

1

MÉTHODOLOGIE - COMMENTAIRE DE TEXTE

Know MÉTHODOLOGIE - COMMENTAIRE DE TEXTE thumbnail

635

 

1ère/Tle/2nde

Plus

« La déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » d'Olympe de Gouges Texte 3 : A bas l'esclavage Conclusion _Introduction : Olympe de Gouges est une politicienne et femme de lettres, née en 1748 et morte en 1793. Elle perd son mari à 17 ans ce qui lui permet de publier librement. C'est une auteure engagée du XVIII e siècle qui se bat contre l'esclavage, et l'égalité des sexes notamment dans son livre la « déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » dont elle défend cette cause. Olympe de Gouges a composé la « déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » en 1791 qui est une réécriture de « la déclaration des droits des hommes et du citoyen » du 26 août 1789. Elle considère que les femmes sont les grandes oubliées de la Révolution. Le texte analysé suit immédiatement le 2⁰ postambule après le plaidoyer en faveur de l'acte conjugal, et ouvre sur la deuxième partie de ce 2e postambule. Le thème principal est la dénonciation de l'esclavage. L'auteur utilise la description des deux milieux de vie pour dénoncer. L'auteure encourage les esclaves à réagir via ce texte. A sa lecture, nous pouvons nous demander comment Olympe de Gouges dénonce l'action...

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Knowunity

Application scolaire n ° 1 en Allemagne

Ouvrir l'appli

Légende alternative :

terrible des colons esclavagistes et plébiscite l'action régulatrice de la loi. Dans un premier temps, nous verrons la dénonciation anonyme des responsables des troubles dans les îles d'Amérique. Puis nous étudierons l'attaque du traitement inhumain des colons envers les esclaves. Enfin, nous nous pencherons sur l'affirmation du juste pouvoir de la loi. Support: postambule 2e de « Il était bien nécessaire >> à « chaque jour plus effroyables ! » (p35-36) 3055 Te an pris pe 5 60 A Il était bien nécessaire que je dise quelques mots sur les troubles que cause, dit-on, le décret en faveur des hommes de couleur³, dans nos îles. C'est là où la nature frémit d'horreur ; c'est là où la raison et l'humanité, n'ont pas encore touché les âmes endurcies; c'est là surtout où la division et la discorde agitent leurs habitants. Il n'est pas difficile de deviner les instigateurs de ces fermentations incendiaires: il y en a dans le sein même de l'Assemblée nationale: ils allument en Europe le feu qui doit embraser l'Amérique. Les colons prétendent régner en despotes sur des hommes dont ils sont A065 les pères et les frères ; et méconnaissant les droits de la nature, ils en poursuivent la source jusque dans la plus petite teinte de leur sang. Ces colons inhumains disent: notre sang circule dans leurs veines, mais nous le répandrons tout [entier], s'il le faut, pour assouvir notre cupidité, ou notre aveugle ambition. C'est dans ces lieux les → Comment Olympe de Gouges dénonce l'action terrible des colons esclavagistes et plébiscite l'action régulatrice de la loi ? Olympe de Gouges s'attaque sans conséssions aux colons esclavagistes ; elle dénonce non seulement leurs tentatives et actions violentes pour faire échouer la promulgation d'une loi en faveur des Noirs, mais aussi leurs pratiquent de l'esclavage. Pour cette fervante partisante de l'action parlementaire, la loi doit être la source, la garentie et la régulation de la liberté. Si la déclaration tend à établir l’égalité entre les hommes et les femmes ; elle n'en oublit pas pour autand son autre grand combat, celui sur l'esclavage. . L'ouverture possible est « Discours sur les inégalités » de Rousseau car l'auteur y expose sa conception de l'état de nature, de la perfectibilité humaine et y présente la propriété privée comme source de toutes les inégalités. Une citation peut être retenue qui est « tous les hommes (Hommes) sont égaux ». AS plus près de la nature, que le père méconnaît le fils; sourd aux cris du sang, il en étouffe tous les charmes ; que peut-on espérer de la résistance qu'on lui oppose? la contraindre avec violence, c'est la rendre terrible, la laisser encore dans les fers, c'est achemi- ner toutes les calamités vers l'Amérique. Une main divine semble répandre partout l'apanage de l'homme, la liberté; la loi seule a le droit de réprimer cette liberté, si elle dégénère en licence² ; mais elle doit être égale pour tous, c'est elle surtout qui doit renfermer³ l'Assemblée nationale dans son décret, dicté par la prudence et par la justice. Puisse-t-elle agir de même pour l'Etat de la France, et se 2580 rendre aussi attentive sur les nouveaux abus, comme elle l'a été 26 sur les anciens qui deviennent chaque jour plus effroyables! Mon opinion serait encore de raccommoder le pouvoir exécnic Explication linéaire Dénonciation anonyme des responsables des troubles dans les îles d'Amérique -(ligne 1-2) << que je dise; dit-on >> Présent d'énonciation -(ligne 1) « Il était bien nécessaire >> Modalité d'obligation - devoir Olympe de Gouges réagit à l'actualité politique immédiate, le décret de mai 1791, et la colère des colons. -(ligne 3-5) « la nature ; la raison et l'humanité ; la division et la discorde >> Antithèse de valeur -> allégorie et antithèse Olympe de Gouges met en scène les deux camps qui s'opposent. -(ligne 6-8) « Il n'est pas difficile de deviner les investigateurs de ces fermentations incendiaires : il y en a dans le sein même de l'Assemblée nationale : ils allument en Europe le feu qui doit embraser l'Amérique. » Rythme ternaire + tournure impersonnel (il) Olympe de Gouges ne nomme pas les responsables de cette violence pour mettre l'accent sur les effets dévastateurs et criminels de leurs positions. Attaque du traitement inhumain des colons envers les esclaves -(ligne 8-14) « Les colons ; despotes ; Ces colons inhumains; cupidité ; aveugle ambition >> Vocabulaire moral péjoratif Olympe de Gouges nomme enfin les colons pour donner à voir ce qui les rends inhumains. -(ligne 11-16) « la plus petite teinte de leur sang; notre sang circule dans leurs veines ; sourd aux cris du sang >> Métonymie -> désigné le tout par une partie + répétition x3 Olympe de Gouges dénonce l'attitude sacrilège des colons qui persécutent les hommes de << leurs familles » -> même sang -(ligne 15-16) « sourd aux cris du sang ; il en étouffe tous les charmes. >> Sensations auditives Olympe de Gouges souligne la tragique situation des esclaves qui n'ont pas de droit. Affirmation du juste pouvoir de la loi -(ligne 19-24) « Une main divine semble répandre partout l'apanage de l'homme, la liberté ; la loi seule a le droit de réprimer cette liberté, si elle dégénère en licence ; mais elle doit être égale pour tous, c'est elle surtout qui doit renfermer l'Assemblée nationale dans son décret, dicté par la prudence et par la justice. >> Phrase qui s'amplifie Le rythme porte en conclusion le mot final qui est justice. -(ligne 19-20) « Une main divine >> Métonymie -(ligne 19-20) « loi ; justice ; licences ; Assemblée National; droit de réprimer; doit être égal ; décret » Champs lexical juridique -(ligne 19-20) « liberté ; apanage de l'homme ; égal; justice >> Vocabulaire des droits humains Si Olympe de Gouges voit une origine divine dans le déploiement de la liberté, elle affirme que la loi doit s'appliquer pour l'encadrer et donc la protéger. -(ligne 24-26) << Puisse-t-elle agir de même pour l'état de la France, et se rendre aussi attentive sur les nouveaux abus, comme elle l'a été sur les anciens qui deviennent chaque jour plus effroyables ! >> Phrase exclamative -(ligne 24-25) << de même ; comme ; aussi » Adverbe + comparatifs Olympe de Gouges formule l'espoir d'une extension du pouvoir de la loi à l'échelle du pays.