Français /

Fiche de révision "les Damnés de la Terre" de Franz Fanon

Fiche de révision "les Damnés de la Terre" de Franz Fanon

 « Les Damnés de la Terre » de Franz
Fanon
Texte 5: Réquisitoire contre le système colonial
Support: extrait « les Damnés de la Terre » de F

Fiche de révision "les Damnés de la Terre" de Franz Fanon

user profile picture

Sisi-01

14 Followers

Partager

Enregistrer

16

 

1ère

Fiche de révision

Analyse linéaire "les Damnés de la Terre" de Franz Fanon TEXTE 5 réquisitoire contre le système colonial Fiche de révision oral de français baccalauréat

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

« Les Damnés de la Terre » de Franz Fanon Texte 5: Réquisitoire contre le système colonial Support: extrait « les Damnés de la Terre » de Franz Fanon Introduction : Comment la description de l'espace colonial permet à Fanon de dénoncer la colonisation ? Franz Fanon né le 20 juillet 1925 à Fort de France et meurt le 6 décembre 1961 à Bethsda aux USA. Psychiatre, essayiste français mais se considère comme Algérien, il écrivit « les Damnés de la Terre » publié en 1961. C'est un essai sur le colonialisme, aliénation (la folie) du colonisé et les guerres de libération. Le texte analysé est dans le chapitre 1 du livre, comparant les deux facettes des colonies. Fanon utilise les termes que chaque groupe adopte pour parler de l'autre A sa lecture, nous pouvons nous demander comment la description de l'espace colonial permet à Fanon de dénoncer la colonisation. Dans un premier temps, nous verrons la description de la ville du colon. Puis nous étudierons la déshumanisation et frustration. Enfin, nous nous pencherons sur une différence d'espèce indépassable. Conclusion La question de l'espace est fondamentale pour Fanon. Largement développer dans la description parallèle des deux villes, la peinture de l'espace apporté donne une dimension concrète à l'argumentation. Le colon s'approprie abusivement un espace qui n'est pas le...

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Légende alternative :

sien. Le style lapidaire de Fanon sert à la fois son propos anthropologique et son discours militant qui s'appuie sur les violences des contrastes pour dénoncer le sort réservé aux colonisés. L'ouverture possible est « la vigueur » d'Olympe de Gouges car l'auteur dénonce les injustices dont les femmes et les esclaves sont victimes. La ville du colonisé, ou du moins la ville indigène, le village nègre, la médina, la réserve est un lieu mal famé, peuplé d'hommes mal famés. On y naît n'importe où, n'importe com- ment. On y meurt n'importe où, de n'importe quoi. C'est un monde sans intervalles, les hommes y sont les uns sur les autres, les cases les unes sur les autres. La ville du colonisé est une ville affamée, affamée de pain, de viande, de chaussures, de charbon, de lumière. La ville du colonisé est une ville accroupie, une ville સ à genoux, une ville vautrée. C'est une ville de nègres, une ville de bicots. Le regard que le colonisé jette sur la ville du colon est un regard de luxure, un regard d'envie. Rêves de possession. Tous les modes de possession: s'asseoir à la table du colon, cou- cher dans le lit du colon, avec sa femme si possible. Le colonisé est un envieux. Le colon ne l'ignore pas qui, surprenant son regard à la dérive, constate amèrement mais toujours sur le qui- vive: << Ils veulent prendre notre place. » C'est vrai, il n'y a pas un colonisé qui ne rêve au moins une fois par jour de s'installer à la place du colon. Ce monde compartimenté, ce monde coupé en deux est habité par des espèces différentes. L'originalité du contexte colonial, c'est que les réalités économiques, les inégalités, l'é- norme différence des modes de vie ne parviennent jamais à mas- quer les réalités humaines. Quand on aperçoit dans son immédiateté le contexte colonial, il est patent que ce qui mor- celle le monde c'est d'abord le fait d'appartenir ou non à telle espèce, à telle race. Aux colonies, l'infrastructure économique est également une superstructure. La cause est conséquence: on est riche parce que blanc, on est blanc parce que riche. C'est pourquoi les analyses marxistes doivent être toujours légère- ment distendues chaque fois qu'on aborde le problème colonial. Il n'y a pas jusqu'au concept de société précapitaliste, bien étu- dié par Marx, qui ne demanderait ici à être repensé. Le serf est d'une essence autre que le chevalier, mais une référence au droit divin est nécessaire pour légitimer cette différence statutaire. Aux colonies, l'étranger venu d'ailleurs s'est imposé à l'aide de ses canons et de ses machines. En dépit de la domestication réussie, malgré l'appropriation le colon reste toujours un étran- ger. Ce ne sont ni les usines, ni les propriétés, ni le compte en banque qui caractérisent d'abord la « classe dirigeante ». L'espèce dirigeante est d'abord celle qui vient d'ailleurs, celle qui ne ressemble pas aux autochtones, « les autres ». Explication linéaire Description de la ville du colon -(ligne 1-5) « une ville en dur, tout de pierre, et de fer ; illuminée ; asphaltée ; nettes ; lisses ; sans trous ; sans cailloux >> Adjectifs qualificatifs + complément du nom Le monde des colons apparait clair et ordonné. -(ligne 4-5) « des pieds protégés ; chaussures solides ; repue; sans trous ; sans cailloux >> Vocabulaire de la bonne santé et du soin -(ligne 1) << ville illuminée >> Vocabulaire de la lumière La description de la ville des colons montre l'abondance et le confort. Ils ont de la nourriture, des chaussures et l'électricité. La lumière rappel aussi les philosophes des Lumières. -(ligne 5) « une ville repue, paresseuse, son ventre est plein >> Personnification de la ville La description de la ville des colons repose sur un imaginaire du profit et de la satiété égoïste. Déshumanisation et frustration -(ligne 8-10) « n'importe où ; n'importe comment ; peuplé ; les uns sur les autres ; les unes sur les autres >> Pronoms indéfinis + champs lexicaux de l'entassement et de la multitude Le monde des colonisés est un monde de confusion, marqué par la promiscuité, le foisonnement et la désorganisation. -(ligne 11-12) « une ville accroupie, une ville à genoux, une ville vautrée >> Personnification + anaphore +gradation en décrescendo La déshumanisation de la ville du colonisé est montrée dans les postures corporelles soumises et humiliantes. -(ligne 16) << Ils veulent prendre notre place >> Discours direct Fanon montre que les colons sentent leurs espaces menacés par les rêves du colonisé. Une différence d'espèce indépassable -(ligne 17-18) « Ce monde compartimenté, ce monde coupé en deux >> Synonyme Fanon donne à voir l'étanchéité de ces deux mondes inconciliables. -(ligne 19-22) « caractérisent ; s'est ; ce ; celle ; en dépit de ; malgré >> Présent de vérité général + présentatif + déterminant démonstratif +préposition exprimant l'opposition L'auteur adopte ainsi un style lapidaire combatif presque polémique pour souligner leur radical opposition fondée sur l'inégalité. -(ligne 20-22) « ni ; ni ; ni ; celle qui » Anaphore -(ligne 19-21) « ses canons et ses machines ; domestication réussie ; l'appropriation; usines ; espèce; classe dirigeante >> Vocabulaire des inégalités de l'usurpation et de la domination Fanon souligne sans ambiguïtés, l'illégitimité de la présence coloniale et dénonce sa violence.

Français /

Fiche de révision "les Damnés de la Terre" de Franz Fanon

Fiche de révision "les Damnés de la Terre" de Franz Fanon

user profile picture

Sisi-01

14 Followers
 

1ère

Fiche de révision

Ce contenu est seulement disponible dans l'appli Knowunity.

 « Les Damnés de la Terre » de Franz
Fanon
Texte 5: Réquisitoire contre le système colonial
Support: extrait « les Damnés de la Terre » de F

Ouvrir l'appli

Analyse linéaire "les Damnés de la Terre" de Franz Fanon TEXTE 5 réquisitoire contre le système colonial Fiche de révision oral de français baccalauréat

« Les Damnés de la Terre » de Franz Fanon Texte 5: Réquisitoire contre le système colonial Support: extrait « les Damnés de la Terre » de Franz Fanon Introduction : Comment la description de l'espace colonial permet à Fanon de dénoncer la colonisation ? Franz Fanon né le 20 juillet 1925 à Fort de France et meurt le 6 décembre 1961 à Bethsda aux USA. Psychiatre, essayiste français mais se considère comme Algérien, il écrivit « les Damnés de la Terre » publié en 1961. C'est un essai sur le colonialisme, aliénation (la folie) du colonisé et les guerres de libération. Le texte analysé est dans le chapitre 1 du livre, comparant les deux facettes des colonies. Fanon utilise les termes que chaque groupe adopte pour parler de l'autre A sa lecture, nous pouvons nous demander comment la description de l'espace colonial permet à Fanon de dénoncer la colonisation. Dans un premier temps, nous verrons la description de la ville du colon. Puis nous étudierons la déshumanisation et frustration. Enfin, nous nous pencherons sur une différence d'espèce indépassable. Conclusion La question de l'espace est fondamentale pour Fanon. Largement développer dans la description parallèle des deux villes, la peinture de l'espace apporté donne une dimension concrète à l'argumentation. Le colon s'approprie abusivement un espace qui n'est pas le...

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Knowunity

#savoirpourtous

Ouvrir l'appli

Légende alternative :

sien. Le style lapidaire de Fanon sert à la fois son propos anthropologique et son discours militant qui s'appuie sur les violences des contrastes pour dénoncer le sort réservé aux colonisés. L'ouverture possible est « la vigueur » d'Olympe de Gouges car l'auteur dénonce les injustices dont les femmes et les esclaves sont victimes. La ville du colonisé, ou du moins la ville indigène, le village nègre, la médina, la réserve est un lieu mal famé, peuplé d'hommes mal famés. On y naît n'importe où, n'importe com- ment. On y meurt n'importe où, de n'importe quoi. C'est un monde sans intervalles, les hommes y sont les uns sur les autres, les cases les unes sur les autres. La ville du colonisé est une ville affamée, affamée de pain, de viande, de chaussures, de charbon, de lumière. La ville du colonisé est une ville accroupie, une ville સ à genoux, une ville vautrée. C'est une ville de nègres, une ville de bicots. Le regard que le colonisé jette sur la ville du colon est un regard de luxure, un regard d'envie. Rêves de possession. Tous les modes de possession: s'asseoir à la table du colon, cou- cher dans le lit du colon, avec sa femme si possible. Le colonisé est un envieux. Le colon ne l'ignore pas qui, surprenant son regard à la dérive, constate amèrement mais toujours sur le qui- vive: << Ils veulent prendre notre place. » C'est vrai, il n'y a pas un colonisé qui ne rêve au moins une fois par jour de s'installer à la place du colon. Ce monde compartimenté, ce monde coupé en deux est habité par des espèces différentes. L'originalité du contexte colonial, c'est que les réalités économiques, les inégalités, l'é- norme différence des modes de vie ne parviennent jamais à mas- quer les réalités humaines. Quand on aperçoit dans son immédiateté le contexte colonial, il est patent que ce qui mor- celle le monde c'est d'abord le fait d'appartenir ou non à telle espèce, à telle race. Aux colonies, l'infrastructure économique est également une superstructure. La cause est conséquence: on est riche parce que blanc, on est blanc parce que riche. C'est pourquoi les analyses marxistes doivent être toujours légère- ment distendues chaque fois qu'on aborde le problème colonial. Il n'y a pas jusqu'au concept de société précapitaliste, bien étu- dié par Marx, qui ne demanderait ici à être repensé. Le serf est d'une essence autre que le chevalier, mais une référence au droit divin est nécessaire pour légitimer cette différence statutaire. Aux colonies, l'étranger venu d'ailleurs s'est imposé à l'aide de ses canons et de ses machines. En dépit de la domestication réussie, malgré l'appropriation le colon reste toujours un étran- ger. Ce ne sont ni les usines, ni les propriétés, ni le compte en banque qui caractérisent d'abord la « classe dirigeante ». L'espèce dirigeante est d'abord celle qui vient d'ailleurs, celle qui ne ressemble pas aux autochtones, « les autres ». Explication linéaire Description de la ville du colon -(ligne 1-5) « une ville en dur, tout de pierre, et de fer ; illuminée ; asphaltée ; nettes ; lisses ; sans trous ; sans cailloux >> Adjectifs qualificatifs + complément du nom Le monde des colons apparait clair et ordonné. -(ligne 4-5) « des pieds protégés ; chaussures solides ; repue; sans trous ; sans cailloux >> Vocabulaire de la bonne santé et du soin -(ligne 1) << ville illuminée >> Vocabulaire de la lumière La description de la ville des colons montre l'abondance et le confort. Ils ont de la nourriture, des chaussures et l'électricité. La lumière rappel aussi les philosophes des Lumières. -(ligne 5) « une ville repue, paresseuse, son ventre est plein >> Personnification de la ville La description de la ville des colons repose sur un imaginaire du profit et de la satiété égoïste. Déshumanisation et frustration -(ligne 8-10) « n'importe où ; n'importe comment ; peuplé ; les uns sur les autres ; les unes sur les autres >> Pronoms indéfinis + champs lexicaux de l'entassement et de la multitude Le monde des colonisés est un monde de confusion, marqué par la promiscuité, le foisonnement et la désorganisation. -(ligne 11-12) « une ville accroupie, une ville à genoux, une ville vautrée >> Personnification + anaphore +gradation en décrescendo La déshumanisation de la ville du colonisé est montrée dans les postures corporelles soumises et humiliantes. -(ligne 16) << Ils veulent prendre notre place >> Discours direct Fanon montre que les colons sentent leurs espaces menacés par les rêves du colonisé. Une différence d'espèce indépassable -(ligne 17-18) « Ce monde compartimenté, ce monde coupé en deux >> Synonyme Fanon donne à voir l'étanchéité de ces deux mondes inconciliables. -(ligne 19-22) « caractérisent ; s'est ; ce ; celle ; en dépit de ; malgré >> Présent de vérité général + présentatif + déterminant démonstratif +préposition exprimant l'opposition L'auteur adopte ainsi un style lapidaire combatif presque polémique pour souligner leur radical opposition fondée sur l'inégalité. -(ligne 20-22) « ni ; ni ; ni ; celle qui » Anaphore -(ligne 19-21) « ses canons et ses machines ; domestication réussie ; l'appropriation; usines ; espèce; classe dirigeante >> Vocabulaire des inégalités de l'usurpation et de la domination Fanon souligne sans ambiguïtés, l'illégitimité de la présence coloniale et dénonce sa violence.