HLP /

Dissertation sur la liberté: Peut-on être libre à plusieurs?

Dissertation sur la liberté: Peut-on être libre à plusieurs?

user profile picture

Ambre

122 Followers
 

HLP

 

1ère/Tle

Rédaction

Dissertation sur la liberté: Peut-on être libre à plusieurs?

 Dissertation de philosophie n°1
Choisir un film à regarder à plusieurs est souvent source de conflits. Il peut
être compliqué de satisfaire

Commentaires (1)

Partager

Enregistrer

9

Ce document est une dissertation de philosophie sur la notion de Liberté au programme de philo de Terminale. Le sujet était: "Peut-on être libre à plusieurs". J'ai eu 17/20 :)

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Dissertation de philosophie n°1 Choisir un film à regarder à plusieurs est souvent source de conflits. Il peut être compliqué de satisfaire les envies des différents membres d'un groupe si leurs goûts cinématographiques sont trop différents. Diverses stratégies peuvent faciliter le choix comme le vote ou le débat. Cependant, il n'est pas garanti que mon envie soit celle qui soit exaucée. Si la liberté est définie comme faire ce que l'on veut sans contraintes ni obligations, faire un choix en groupe ne porte-il pas atteinte à ma propre liberté? Peut-on donc être libre à plusieurs? Dire que l'on est libre revient à pouvoir faire ce que l'on veut, où on le veut et quand on le veut. Mais la société peut limiter notre capacité d'agir comme bon nous semble ou influencer notre façon de penser. On peut alors se demander si les limites imposées par la présence des autres nuisent à notre liberté ou à l'inverse sont ce qui précisément la rendent possible? Après avoir étudié si la société nous permet de faire ce que l'on veut, quand on le veut et où on le veut, nous verrons si ne pas tenir compte de la présence des autres nous permet réellement d'être plus libre. Pour finir, nous essaierons de démontrer qu'il ne faut pas...

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Légende alternative :

voir l'autre comme un obstacle mais plutôt comme une aide. Tout d'abord, vivre à plusieurs peut limiter notre capacité à faire ce que l'on veut, quand on veut, où on le veut. Cette liberté, aussi appelée liberté de nature, a pour seules contraintes les limites imposées par la nature. Un homme ne peut pas marcher sur l'eau par exemple. Cependant, en présence d'autrui, cette liberté peut difficilement exister. En effet, si je pouvais faire tout ce que je voulais, je pourrais par exemple agrandir mon jardin en prenant possession du jardin de mon voisin. Mais, si lui aussi était libre, il aurait une capacité totale de reprendre possession de mon jardin, ou même de ma maison. Cela entraînerait donc un conflit constant entre mon voisin et moi. Le philosophe Hobbes démontre dans Le Léviathan que l'état de nature chez les hommes, c'est-à-dire un état dans lequel tout le monde est entièrement libre et tout le monde est égal, est un état de guerre perpétuelle qui nous oppose, "une guerre de chacun contre chacun”. En effet, si chaque homme peut faire ce qu'il veut, les hommes sont les ennemis les uns des autres. Les hommes sont ainsi en état de défiance perpétuelle par crainte d'être dominé par l'autre. Hobbes définit cet état par la phrase: “L'homme est un loup pour l'homme". Ce qui conduirait à une peur de l'autre qui nous entraverait plutôt que libérerait. Par ailleurs, lors de la vie en société, un groupe de personnes peuvent, au nom de tous, imposer leur opinion. Ainsi, pendant des siècles, les femmes ont été privées de leur droit de vote. Les hommes décidaient seuls des lois et élisaient leurs représentants sans que leurs compatriotes féminins ne puissent s'exprimer. Leur opinion s'imposait donc à la minorité des femmes qui se retrouvait dépouillée non seulement de leur liberté naturelle à cause de la vie en société mais aussi de leur liberté politique car on ne leur laissait pas la capacité de s'exprimer. Même si les femmes ont obtenu le droit de vote en 1945, la tyrannie de la majorité est un problème qui est toujours d'actualité. Tocqueville qualifie la tyrannie de la majorité comme l'un des écueils principaux de la démocratie. En effet, si je suis en désaccord avec d'autres et que leur opinion est majoritaire, cela va conduire au fait que leur opinion s'impose à moi, que je le veuille ou non. La vie à plusieurs nous empêche donc d'exercer une liberté sans limites. Mais si vivre à plusieurs limite notre liberté, on peut se demander si vivre sans tenir compte des autres nous permet d'être plus libre. Tout d'abord, vivre isolé des autres ou leur imposer notre volonté peut nous permettre d'exercer notre pleine liberté naturelle. L'absence de lois auxquelles on doit obéir nous permet de faire ce que l'on veut. Par exemple, si je vis seule, rien ne m'oblige à ranger ma chambre ou passer la serpillère. C'est moi seule qui peut décider de le faire pour le plaisir de vivre dans un espace propre ou pour retrouver les choses facilement. De même si je vis avec un groupe mais que j'exerce une autorité totale sur eux, je peux décider quand je veux qu'ils fassent le ménage ou qu'ils rangent ma chambre. Leur imposer ma volonté peut me permettre d'exercer une plus grande liberté. En revanche, les autres eux, ne seront pas libres vu qu'ils seront comme des esclaves. Calliclès, un philosophe que l'on retrouve dans Les Dialogues de Platon, défend l'idée que la liberté est faire ce qui nous plait. Pour lui, toute règle, toute loi est un obstacle à la liberté et la vraie liberté est donc d'assouvir tous ses désirs. Seule l'élite d'une population peut jouir de cette liberté au détriment du reste de la population. Ne pas tenir compte de la présence d'autrui peut donc nous permettre d'exercer une plus grande liberté. Mais, cette vie à l'écart des autres, éloignés d'eux, et sans contact social a des conséquences. On vit alors selon ses désirs qui vont prendre le contrôle et nous plonger dans un état d'aliénation. Ainsi, si je suis totalement libre, je peux me coucher quand je veux, rien ne m'empêche de rester éveillée toute la nuit. Mais, cela va avoir un impact négatif sur ma santé qui risque de se détériorer rapidement. Étant prisonnière de mes désirs, je vais continuer à veiller et vais donc aller jusqu'à me faire du mal. Ce que Calliclès qualifie de liberté n'est en réalité que licence, c'est-à-dire une liberté excessive et qui n'est pas forcément souhaitable. En effet, si l'on vit en ne suivant que ses désirs, on vit presque comme des animaux. Nos actes ne sont ni bons, ni mauvais, mais sont juste esclaves de nos instincts et de nos passions. Désirer c'est tendre vers un objet que l'on s'imagine nous apporter satisfaction. Le mot vient du grec sidus qui signifie astre, étoile, cela illustre la dimension irréalisable de cette satisfaction. Assouvir un désir peut seulement nous apporter satisfaction pour une courte période. De plus, vivre à l'écart des autres va à l'encontre de l'identité de l'être humain. Comme le dit Aristote: l'homme est un "egon politikon", un animal politique, qui ne vit donc par conséquent, pas seul. Se débarrasser des autres ou les soumettre ne nous permet donc pas d'exercer une totale liberté. Il ne faut donc pas voir l'autre comme un obstacle mais plutôt comme une aide. La loi me retire, certes, une partie de ma liberté parce que certaines actions me sont interdites, mais en même temps, est-ce qu'elle n'assure pas la protection de ma liberté en lui permettant de s'exercer? En effet, si tout est possible, tout n'est pas profitable car sans lois, l'homme veut tout et même plus. Une loi est l'expression de la volonté générale et peut nous permettre de favoriser notre liberté et de garantir son développement dans le futur. Imaginons une pizza, moi et mes deux frères ayant tous très faim. Nous avons tous envie de tout garder pour nous même. Il existe donc plusieurs solutions. Mon frère aîné, étant le plus fort, peut tout prendre pour lui. Je peux aussi la voler et m'enfermer dans ma chambre tout en sachant que mes frères vont saisir la première occasion pour se venger. Il existe une troisième solution: un partage équitable en trois. Certes, cette solution n'est pas la meilleure pour moi car je n'ai pas eu la pizza en entier. Mais j'aurais pu aussi ne rien avoir du tout. La présence de règles peut donc nous être avantageuse. C'est l'idée que défend Rousseau dans Du contrat social en 1792. L'homme en perdant sa liberté naturelle passe un contrat avec l'autre. Dans ce contrat il renonce à une partie de sa liberté mais le citoyen a le droit de voter pour appliquer des lois qui vont garantir la protection de ses biens et sa sécurité. Il y a donc un échange car notre liberté naturelle devient alors une liberté civile qui nous permet de participer à l'élaboration de lois auxquelles l'on se soumet. Comme le dit Rousseau: "L'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté.". Malgré le fait qu'en société nous nous soumettons à des lois qui existent, nous sommes libres ou non de les respecter. La vie avec autrui nous permet de fixer des normes et des règles auxquelles nous allons volontairement obéir si elles nous paraissent bénéfiques. Nous restons cependant totalement libres d'y désobéir. Certes, cela peut nous exposer à des sanctions, mais, cette possibilité de choix et cet usage de la raison est ce qui fait notre véritable liberté. Par exemple, ces dernières années de nombreux mouvements de désobéissance civile demandant une action urgente contre le réchauffement climatique ont émergé. Ils illustrent le fait que l'on peut contrevenir à la loi pour défendre ses idéaux. Même si, en société, nous ne pouvons pas vivre sans lois, sans obligations et sans subir l'influence des autres, nous ne pouvons cependant pas, nous isoler des autres ou leur imposer notre volonté car l'homme est un être qui ne peut pas être indépendant de tout lien social. C'est donc la mise en place de lois, votées par tous, qui va permettre à l'homme d'exercer sa liberté politique et de la protéger. Ainsi, pour l'homme, être libre à plusieurs peut renforcer sa liberté. C'est donc l'Etat qui par les lois va déterminer les limites de notre liberté. Durant la crise sanitaire, nos libertés ont été fortement diminuées, on peut donc se demander jusqu'où l'Etat a le droit de limiter notre liberté personnelle au nom de la liberté collective.

HLP /

Dissertation sur la liberté: Peut-on être libre à plusieurs?

Dissertation sur la liberté: Peut-on être libre à plusieurs?

user profile picture

Ambre

122 Followers
 

HLP

 

1ère/Tle

Rédaction

Dissertation sur la liberté: Peut-on être libre à plusieurs?

Ce contenu est seulement disponible dans l'appli Knowunity.

 Dissertation de philosophie n°1
Choisir un film à regarder à plusieurs est souvent source de conflits. Il peut
être compliqué de satisfaire

Ouvrir l'appli

Partager

Enregistrer

9

Commentaires (1)

E

Merci beaucoup, c'est vraiment utile d'autant plus que nous sommes en train de l'apprendre en ce moment 😁

Ce document est une dissertation de philosophie sur la notion de Liberté au programme de philo de Terminale. Le sujet était: "Peut-on être libre à plusieurs". J'ai eu 17/20 :)

Contenus similaires

4

Philosophie - La Liberté

Know Philosophie - La Liberté  thumbnail

573

 

Tle

4

Philosophie : Le libre arbitre

Know Philosophie : Le libre arbitre  thumbnail

137

 

Tle

2

La liberté

Know La liberté  thumbnail

317

 

Tle

5

La conscience

Know La conscience  thumbnail

88

 

Tle

Plus

Dissertation de philosophie n°1 Choisir un film à regarder à plusieurs est souvent source de conflits. Il peut être compliqué de satisfaire les envies des différents membres d'un groupe si leurs goûts cinématographiques sont trop différents. Diverses stratégies peuvent faciliter le choix comme le vote ou le débat. Cependant, il n'est pas garanti que mon envie soit celle qui soit exaucée. Si la liberté est définie comme faire ce que l'on veut sans contraintes ni obligations, faire un choix en groupe ne porte-il pas atteinte à ma propre liberté? Peut-on donc être libre à plusieurs? Dire que l'on est libre revient à pouvoir faire ce que l'on veut, où on le veut et quand on le veut. Mais la société peut limiter notre capacité d'agir comme bon nous semble ou influencer notre façon de penser. On peut alors se demander si les limites imposées par la présence des autres nuisent à notre liberté ou à l'inverse sont ce qui précisément la rendent possible? Après avoir étudié si la société nous permet de faire ce que l'on veut, quand on le veut et où on le veut, nous verrons si ne pas tenir compte de la présence des autres nous permet réellement d'être plus libre. Pour finir, nous essaierons de démontrer qu'il ne faut pas...

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Knowunity

Application scolaire n ° 1 en Allemagne

Ouvrir l'appli

Légende alternative :

voir l'autre comme un obstacle mais plutôt comme une aide. Tout d'abord, vivre à plusieurs peut limiter notre capacité à faire ce que l'on veut, quand on veut, où on le veut. Cette liberté, aussi appelée liberté de nature, a pour seules contraintes les limites imposées par la nature. Un homme ne peut pas marcher sur l'eau par exemple. Cependant, en présence d'autrui, cette liberté peut difficilement exister. En effet, si je pouvais faire tout ce que je voulais, je pourrais par exemple agrandir mon jardin en prenant possession du jardin de mon voisin. Mais, si lui aussi était libre, il aurait une capacité totale de reprendre possession de mon jardin, ou même de ma maison. Cela entraînerait donc un conflit constant entre mon voisin et moi. Le philosophe Hobbes démontre dans Le Léviathan que l'état de nature chez les hommes, c'est-à-dire un état dans lequel tout le monde est entièrement libre et tout le monde est égal, est un état de guerre perpétuelle qui nous oppose, "une guerre de chacun contre chacun”. En effet, si chaque homme peut faire ce qu'il veut, les hommes sont les ennemis les uns des autres. Les hommes sont ainsi en état de défiance perpétuelle par crainte d'être dominé par l'autre. Hobbes définit cet état par la phrase: “L'homme est un loup pour l'homme". Ce qui conduirait à une peur de l'autre qui nous entraverait plutôt que libérerait. Par ailleurs, lors de la vie en société, un groupe de personnes peuvent, au nom de tous, imposer leur opinion. Ainsi, pendant des siècles, les femmes ont été privées de leur droit de vote. Les hommes décidaient seuls des lois et élisaient leurs représentants sans que leurs compatriotes féminins ne puissent s'exprimer. Leur opinion s'imposait donc à la minorité des femmes qui se retrouvait dépouillée non seulement de leur liberté naturelle à cause de la vie en société mais aussi de leur liberté politique car on ne leur laissait pas la capacité de s'exprimer. Même si les femmes ont obtenu le droit de vote en 1945, la tyrannie de la majorité est un problème qui est toujours d'actualité. Tocqueville qualifie la tyrannie de la majorité comme l'un des écueils principaux de la démocratie. En effet, si je suis en désaccord avec d'autres et que leur opinion est majoritaire, cela va conduire au fait que leur opinion s'impose à moi, que je le veuille ou non. La vie à plusieurs nous empêche donc d'exercer une liberté sans limites. Mais si vivre à plusieurs limite notre liberté, on peut se demander si vivre sans tenir compte des autres nous permet d'être plus libre. Tout d'abord, vivre isolé des autres ou leur imposer notre volonté peut nous permettre d'exercer notre pleine liberté naturelle. L'absence de lois auxquelles on doit obéir nous permet de faire ce que l'on veut. Par exemple, si je vis seule, rien ne m'oblige à ranger ma chambre ou passer la serpillère. C'est moi seule qui peut décider de le faire pour le plaisir de vivre dans un espace propre ou pour retrouver les choses facilement. De même si je vis avec un groupe mais que j'exerce une autorité totale sur eux, je peux décider quand je veux qu'ils fassent le ménage ou qu'ils rangent ma chambre. Leur imposer ma volonté peut me permettre d'exercer une plus grande liberté. En revanche, les autres eux, ne seront pas libres vu qu'ils seront comme des esclaves. Calliclès, un philosophe que l'on retrouve dans Les Dialogues de Platon, défend l'idée que la liberté est faire ce qui nous plait. Pour lui, toute règle, toute loi est un obstacle à la liberté et la vraie liberté est donc d'assouvir tous ses désirs. Seule l'élite d'une population peut jouir de cette liberté au détriment du reste de la population. Ne pas tenir compte de la présence d'autrui peut donc nous permettre d'exercer une plus grande liberté. Mais, cette vie à l'écart des autres, éloignés d'eux, et sans contact social a des conséquences. On vit alors selon ses désirs qui vont prendre le contrôle et nous plonger dans un état d'aliénation. Ainsi, si je suis totalement libre, je peux me coucher quand je veux, rien ne m'empêche de rester éveillée toute la nuit. Mais, cela va avoir un impact négatif sur ma santé qui risque de se détériorer rapidement. Étant prisonnière de mes désirs, je vais continuer à veiller et vais donc aller jusqu'à me faire du mal. Ce que Calliclès qualifie de liberté n'est en réalité que licence, c'est-à-dire une liberté excessive et qui n'est pas forcément souhaitable. En effet, si l'on vit en ne suivant que ses désirs, on vit presque comme des animaux. Nos actes ne sont ni bons, ni mauvais, mais sont juste esclaves de nos instincts et de nos passions. Désirer c'est tendre vers un objet que l'on s'imagine nous apporter satisfaction. Le mot vient du grec sidus qui signifie astre, étoile, cela illustre la dimension irréalisable de cette satisfaction. Assouvir un désir peut seulement nous apporter satisfaction pour une courte période. De plus, vivre à l'écart des autres va à l'encontre de l'identité de l'être humain. Comme le dit Aristote: l'homme est un "egon politikon", un animal politique, qui ne vit donc par conséquent, pas seul. Se débarrasser des autres ou les soumettre ne nous permet donc pas d'exercer une totale liberté. Il ne faut donc pas voir l'autre comme un obstacle mais plutôt comme une aide. La loi me retire, certes, une partie de ma liberté parce que certaines actions me sont interdites, mais en même temps, est-ce qu'elle n'assure pas la protection de ma liberté en lui permettant de s'exercer? En effet, si tout est possible, tout n'est pas profitable car sans lois, l'homme veut tout et même plus. Une loi est l'expression de la volonté générale et peut nous permettre de favoriser notre liberté et de garantir son développement dans le futur. Imaginons une pizza, moi et mes deux frères ayant tous très faim. Nous avons tous envie de tout garder pour nous même. Il existe donc plusieurs solutions. Mon frère aîné, étant le plus fort, peut tout prendre pour lui. Je peux aussi la voler et m'enfermer dans ma chambre tout en sachant que mes frères vont saisir la première occasion pour se venger. Il existe une troisième solution: un partage équitable en trois. Certes, cette solution n'est pas la meilleure pour moi car je n'ai pas eu la pizza en entier. Mais j'aurais pu aussi ne rien avoir du tout. La présence de règles peut donc nous être avantageuse. C'est l'idée que défend Rousseau dans Du contrat social en 1792. L'homme en perdant sa liberté naturelle passe un contrat avec l'autre. Dans ce contrat il renonce à une partie de sa liberté mais le citoyen a le droit de voter pour appliquer des lois qui vont garantir la protection de ses biens et sa sécurité. Il y a donc un échange car notre liberté naturelle devient alors une liberté civile qui nous permet de participer à l'élaboration de lois auxquelles l'on se soumet. Comme le dit Rousseau: "L'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté.". Malgré le fait qu'en société nous nous soumettons à des lois qui existent, nous sommes libres ou non de les respecter. La vie avec autrui nous permet de fixer des normes et des règles auxquelles nous allons volontairement obéir si elles nous paraissent bénéfiques. Nous restons cependant totalement libres d'y désobéir. Certes, cela peut nous exposer à des sanctions, mais, cette possibilité de choix et cet usage de la raison est ce qui fait notre véritable liberté. Par exemple, ces dernières années de nombreux mouvements de désobéissance civile demandant une action urgente contre le réchauffement climatique ont émergé. Ils illustrent le fait que l'on peut contrevenir à la loi pour défendre ses idéaux. Même si, en société, nous ne pouvons pas vivre sans lois, sans obligations et sans subir l'influence des autres, nous ne pouvons cependant pas, nous isoler des autres ou leur imposer notre volonté car l'homme est un être qui ne peut pas être indépendant de tout lien social. C'est donc la mise en place de lois, votées par tous, qui va permettre à l'homme d'exercer sa liberté politique et de la protéger. Ainsi, pour l'homme, être libre à plusieurs peut renforcer sa liberté. C'est donc l'Etat qui par les lois va déterminer les limites de notre liberté. Durant la crise sanitaire, nos libertés ont été fortement diminuées, on peut donc se demander jusqu'où l'Etat a le droit de limiter notre liberté personnelle au nom de la liberté collective.