Philosophie /

La nature

La nature

user profile picture

Laeti

28 Followers
 

Philosophie

 

Tle

Fiche de révision

La nature

 CHAPITRE I
La nature NATURE: Nous pouvons parler de la nature d'une personne, d’un élément naturel ou non...
Il s'agit d'un mot polysémique

Commentaires (1)

Partager

Enregistrer

23

Fiche complète pour le bac de Philo avec citations

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

CHAPITRE I La nature NATURE: Nous pouvons parler de la nature d'une personne, d’un élément naturel ou non... Il s'agit d'un mot polysémique (= plusieurs sens ) - Cadre de l'existence - La nature étudiée par la science (chute) - Norme à respecter · Qui définie un être 1- Le concept de nature, par opposition à celui de culture La nature est l'ensemble des réalités matérielles existants indépendamment de l'humain, qui n'est pas le résultat d'une production des hommes. Spontanément, elle renvoie à ce qui est I << sauvage ». La nature suppose l'existence d'un monde qui s'y oppose : la CULTURE A-Nature et cosmos La nature implique une totalité, englobe tout ce qui existe Le Cosmos suggère aussi un ordre, une harmonie qui présiderait à l'organisation totale La nature désigne aussi la source de vie : -> l'ESSENCE d'un être (= ce qui constitue son être indépendamment de son aspect ) Les STOICIENS comme Marc Aurèle distinguèrent les tendances naturelles de l'homme et celles non naturelles (manger pour se nourrir / manger par gourmandise) -> selon leurs idées, l'homme doit suivre ses besoins naturels et fuir les autres 3- Nature et domination Socrate hérite des philosophes présocratiques (avant lui) la compréhension de la nature comme d'un cosmos -> La nature est le principe premier de toute chose Dans Gorgias de Platon ( disciple...

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Légende alternative :

de Socrate), Socrate rappelle cette conception de la nature Le tout du monde, ces sages l'appellent cosmos ou ordre du monde » -> La nature est un principe d'harmonie et d'unité Cette définition ne suffit pas à déterminer le sens que l'on donne à la nature Dans Gorgias de Platon, Socrate discute avec Calliclès, qui partant de le même définition, en tire des règles d'existence différentes. Il développe le concept de Justice naturelle La justice consiste en ce que le meilleur ait plus que le moins bon » -> La nature est aussi une justification de la domination et de la force L'idée de nature n'est jamais neutre : elle porte toujours en elle un système de valeurs C-Nature et lois physiques Dans Gorgias de Platon, Calliclès distingue -> le monde de la nature ou chacun est libre de suivre ses pulsions at accroitre sa puissance -> la société qui soumet les hommes à des lois -> On distingue alors le naturel et l'artificiel ( culture, art, technique) I Aristote distingue ce qui existe par la nature, - De celles qui existent par une autre cause : Il leur donne le nom d' « art » La nature parfait sauvage, dépourvu de rationalité humaine Pourtant c'est un monde régit par les lois de la physique -> Elle peut être comprise à travers les lois scientifique, contrairement à la culture Kant dans Prolégomènes définit la nature ainsi : « La modernité à vu dans la nature le terrain où exercer nos connaissances et notre action La nature, c'est l'existence des choses, en tant qu'elle déterminée selon des lois universelles » La nature est un tout, régit par un ensemble cohérent de lois II - La nature, objet d'un désir de maîtrise de la part des Hommes A-La conception mécaniste: se rendre maître de la nature La conception scientifique trouve en philosophie une expression dans le mécanisme -> conception qui interprète phénomène matériel selon des relations de cause à effet : la nature peut être comprise comme un ensemble de mécanismes qui se répondent Si l'on suspend le pensées éthique, le rapport à la nature est utilitaire : elle fournit des ressources. On peut donc l'exploiter pour en obtenir plus. -> La vision est anthropocentrique ( = homme au centre du monde), car il s'octroie une position de maitrise de domination. Pour l'humanité moderne, il s'agit de s'affranchir de la domination de la nature. Descartes dans Discours de la méthode suggère que grâce aux techniques, à la science, l'homme pourrait se : « Rendre comme maître et possesseur de la nature » L'objectif n'est pas la domination, mais l'amélioration des conditions de vie ( = En proposant un modèle basé sur la possession humaine de la nature, Descartes renverse le modèle antique de l'harmonie, du cosmos 3-La conception finaliste : la nature au service du progrès L'agriculture consiste à intervenir sur l'environnement pour que pousse des plantes plus favorable, au détriment d'autres moins utiles. -> l'être vivant interagit avec l'environnement pour le rendre plus viable pour lui Le rapport Homme / Nature dépasse cela. L'intervention sur la nature se fonde sur l'idée d'une amélioration possible : « La nature, imparfaite par elle même, peut être orientée et améliorée » Pour Descartes, mécanisme (cause) s'oppose à finalisme (fin) Pourquoi pleut-il ? « - = « comme »>) Mécaniste = CAR l'eau s'est condensée Finaliste = POUR arroser les plantes Chercher la finalité de la nature, c'est chercher à quoi elle sert, et qui elle sert -> elle sert des buts généralement humains Spinoza dans l'Éthique critique cette manière d'expliquer la nature : Le finalisme est un des préjugés que la pensée doit combattre » Kant distingue fin et moyen, et ainsi limite le rôle de la nature : Les êtres raisonnables sont appelés des personnes, parce que leur nature les désigne déjà comme une fin en soit » Si la nature est dépourvue de raison, elle n'a donc qu'une valeur relative. Elle est donc définie comme moyen, au service d'une fin qui lui est extérieure Cette distinction Kantienne fait des êtres raisonnables des objet de respect (= humains), et suggère ainsi que la nature n'est pas digne de respect III - Des enjeux écologique, mettant en question la capacité à penser une nature dénaturée A-Rien n'est naturel? Suspendre ce paradoxe apporte une réponse possible à la « nature dénaturée ». -> L'homme comme tout être vivant peut transformer la nature. Bien qu'il boulversé les équilibre établis, il est lui même le produit de la nature On constate de nos jours les limites de la conception utilitaire de la nature. Le monde naturel, transformé par l'homme, se retourne contre lui. Si l'on suspend la différence entre artificiel et naturel, comment comprendre le référent auquel renvoie le mot « nature » Anthropologie (= science qui étudie l'homme) et la philosophie, distinguent la nature et la culture pour parler de l'Homme : ce qui ne relève pas de l'instinct, mais qui varie selon les milieux (langues...) est propre à la culture -> On peut affirmer que la culture est dans la nature de l'homme. Cependant, chaque communauté, au delà de la culture naturelle, produit des éléments identifié « culturels » (coutumes...) Descola critique le dualisme entre nature et culture : La question de la nature ne s'est << guère posée pour de nombreuses cultures. Cest la un fétiche qui nous est propre (aux occidentaux) Le concept de nature n'est pas universel. Pour les indiens d'Amazonie, les plantes et animaux peuvent être perdu comme des entité humaines, et inversement pour les humains -> L'ensemble de ce qui existe n'est pas compris à travers la dualité Naturel / non Naturel 3 - Le danger de l'argument naturaliste Conserver cette dualité, et donc la domination de l'homme sur la nature, peut s'exercer contre l'humanité elle même -> se produit quand les concepts de naturel et nature justifient des pratiques humaines EXEMPLE: l'inégalité des sexes est d'origine « naturelle », l'homosexualité est « contre nature » << L'idée antique de suivre la nature n'est pas sans danger, on peut perdre de vue la dimension axiologique (qui implique un système de valeurs) de son concept C-La nécessité d'une réflexion éthique et politique Réfléchir à la nature, c'est réfléchir aux valeurs que nous mettons dans ce concept. -> L'idée rejoint le besoin de mener une réflexion éthique et politique sur la nature en raison es enjeux écologique L'écologie étudie l'interaction êtres vivants / milieu, et postule qu'ils parviennent à un équilibre La pensée politique fait de l'écologie, par des mesures politique, la défense de cet équilibre ● ● La pensée écologique continue de distinguer homme / nature, rapport quoi se complexifie. À notre époque, les actions humaines ont un impact significatif sur l'équilibre global du « tout ». -> âge de l'anthropocène Plus qu'une valeur, l'opposition naturel / artificiel est un constat Conclusion Il est difficile de parvenir à un concept unifié de la nature. À travers l'histoire, son usage et signification ont évolués. S'en dégage l'idée que la nature repose sur des postulats métaphysique du monde (finalisme, mécanisme ). Ils implique que la nature est un concept axiologique. Il faut donc mettre à jour ces valeurs, soit pour s'en méfier et se garder d'un argument qui prescrit aux homme leur manière « naturelle » d'agir, soit pour défendre les valeurs détruite par la pensée utilitaire Concepts: Absolu (+ relatif) - Désigne ce qui ne dépend que de soi et n'est donc relatif à rien. La nature, si elle n'est pas l'absolu et même si elle est infinie, dépend d'un dieu créateur. L'homme fini pourrait avoir une liberté absolue. Anthropique - Qui se rapporte à l'espèce humaine. Anthropocentrisme - Attitude qui consiste à placer l'homme au centre de tout. Anthropologie – Science humaine qui étudie l'homme dans son ensemble et non sous l'un de ses aspects Axiologique / épistémologique / ontologique – : L'axiologie pose la question de la valeur et de la hiérarchie morale, l'épistémologie celle de savoir com- ment on peut connaître quelque chose, l'ontologie quant à elle se demande ce qu'est un type de chose. Cela désigne donc trois ordres de question qui sont cependant liés. Cause finale ( + cause efficiente) – Deux types essentiels de causalité, la première renvoyant à la présence d'un but, la seconde, qui correspond à ce que l'on entend par cause tout court de nos jours, c'est-à-dire le fait de produire automatiquement, aveuglément, un effet : la chute d'une pierre sur ma tête est la cause de son écrasement, la pierre n'avait pas ce but. En revanche, le désir de s'abriter de la pluie est la cause finale qui explique l'existence du parapluie. Accroches: Kant << agis de telle sorte que la maxime de ton action puisse être érigée par ta volonté en une loi universelle >> St Exupéry « nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtre, nous l'empruntons à nos enfants » << Jonas « L'homme est devenu dangereux, non seulement pour lui même, mais pour la biosphère entière >> Bachelard « rien ne va de soit, rien n'est donné, tout est construit » Descartes « Il faut se rendre comme maître et possesseur de la nature >> Sartre « l'existence précède l'essence » ( nous ne somme rien, donc on peut tout être) << Lévi Strauss « le barbare c'est d'abord celui qui croit à la barbarie » Louis XV << après moi le déluge >> Marleau-Ponty « tout est naturel et tout est fabriqué chez l'homme >>

Philosophie /

La nature

La nature

user profile picture

Laeti

28 Followers
 

Philosophie

 

Tle

Fiche de révision

La nature

Ce contenu est seulement disponible dans l'appli Knowunity.

 CHAPITRE I
La nature NATURE: Nous pouvons parler de la nature d'une personne, d’un élément naturel ou non...
Il s'agit d'un mot polysémique

Ouvrir l'appli

Partager

Enregistrer

23

Commentaires (1)

I

Quel belle fiche 😍😍 c'est sûr qu'elle va beaucoup aider

Fiche complète pour le bac de Philo avec citations

Contenus similaires

5

La conscience

Know La conscience  thumbnail

87

 

Tle

2

Le Bonheur - Philosophie

Know Le Bonheur - Philosophie  thumbnail

70

 

Tle

4

Philosophie : Le libre arbitre

Know Philosophie : Le libre arbitre  thumbnail

135

 

Tle

2

PHILOSOPHIE - le bonheur

Know PHILOSOPHIE - le bonheur  thumbnail

185

 

Tle

Plus

CHAPITRE I La nature NATURE: Nous pouvons parler de la nature d'une personne, d’un élément naturel ou non... Il s'agit d'un mot polysémique (= plusieurs sens ) - Cadre de l'existence - La nature étudiée par la science (chute) - Norme à respecter · Qui définie un être 1- Le concept de nature, par opposition à celui de culture La nature est l'ensemble des réalités matérielles existants indépendamment de l'humain, qui n'est pas le résultat d'une production des hommes. Spontanément, elle renvoie à ce qui est I << sauvage ». La nature suppose l'existence d'un monde qui s'y oppose : la CULTURE A-Nature et cosmos La nature implique une totalité, englobe tout ce qui existe Le Cosmos suggère aussi un ordre, une harmonie qui présiderait à l'organisation totale La nature désigne aussi la source de vie : -> l'ESSENCE d'un être (= ce qui constitue son être indépendamment de son aspect ) Les STOICIENS comme Marc Aurèle distinguèrent les tendances naturelles de l'homme et celles non naturelles (manger pour se nourrir / manger par gourmandise) -> selon leurs idées, l'homme doit suivre ses besoins naturels et fuir les autres 3- Nature et domination Socrate hérite des philosophes présocratiques (avant lui) la compréhension de la nature comme d'un cosmos -> La nature est le principe premier de toute chose Dans Gorgias de Platon ( disciple...

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Knowunity

Application scolaire n ° 1 en Allemagne

Ouvrir l'appli

Légende alternative :

de Socrate), Socrate rappelle cette conception de la nature Le tout du monde, ces sages l'appellent cosmos ou ordre du monde » -> La nature est un principe d'harmonie et d'unité Cette définition ne suffit pas à déterminer le sens que l'on donne à la nature Dans Gorgias de Platon, Socrate discute avec Calliclès, qui partant de le même définition, en tire des règles d'existence différentes. Il développe le concept de Justice naturelle La justice consiste en ce que le meilleur ait plus que le moins bon » -> La nature est aussi une justification de la domination et de la force L'idée de nature n'est jamais neutre : elle porte toujours en elle un système de valeurs C-Nature et lois physiques Dans Gorgias de Platon, Calliclès distingue -> le monde de la nature ou chacun est libre de suivre ses pulsions at accroitre sa puissance -> la société qui soumet les hommes à des lois -> On distingue alors le naturel et l'artificiel ( culture, art, technique) I Aristote distingue ce qui existe par la nature, - De celles qui existent par une autre cause : Il leur donne le nom d' « art » La nature parfait sauvage, dépourvu de rationalité humaine Pourtant c'est un monde régit par les lois de la physique -> Elle peut être comprise à travers les lois scientifique, contrairement à la culture Kant dans Prolégomènes définit la nature ainsi : « La modernité à vu dans la nature le terrain où exercer nos connaissances et notre action La nature, c'est l'existence des choses, en tant qu'elle déterminée selon des lois universelles » La nature est un tout, régit par un ensemble cohérent de lois II - La nature, objet d'un désir de maîtrise de la part des Hommes A-La conception mécaniste: se rendre maître de la nature La conception scientifique trouve en philosophie une expression dans le mécanisme -> conception qui interprète phénomène matériel selon des relations de cause à effet : la nature peut être comprise comme un ensemble de mécanismes qui se répondent Si l'on suspend le pensées éthique, le rapport à la nature est utilitaire : elle fournit des ressources. On peut donc l'exploiter pour en obtenir plus. -> La vision est anthropocentrique ( = homme au centre du monde), car il s'octroie une position de maitrise de domination. Pour l'humanité moderne, il s'agit de s'affranchir de la domination de la nature. Descartes dans Discours de la méthode suggère que grâce aux techniques, à la science, l'homme pourrait se : « Rendre comme maître et possesseur de la nature » L'objectif n'est pas la domination, mais l'amélioration des conditions de vie ( = En proposant un modèle basé sur la possession humaine de la nature, Descartes renverse le modèle antique de l'harmonie, du cosmos 3-La conception finaliste : la nature au service du progrès L'agriculture consiste à intervenir sur l'environnement pour que pousse des plantes plus favorable, au détriment d'autres moins utiles. -> l'être vivant interagit avec l'environnement pour le rendre plus viable pour lui Le rapport Homme / Nature dépasse cela. L'intervention sur la nature se fonde sur l'idée d'une amélioration possible : « La nature, imparfaite par elle même, peut être orientée et améliorée » Pour Descartes, mécanisme (cause) s'oppose à finalisme (fin) Pourquoi pleut-il ? « - = « comme »>) Mécaniste = CAR l'eau s'est condensée Finaliste = POUR arroser les plantes Chercher la finalité de la nature, c'est chercher à quoi elle sert, et qui elle sert -> elle sert des buts généralement humains Spinoza dans l'Éthique critique cette manière d'expliquer la nature : Le finalisme est un des préjugés que la pensée doit combattre » Kant distingue fin et moyen, et ainsi limite le rôle de la nature : Les êtres raisonnables sont appelés des personnes, parce que leur nature les désigne déjà comme une fin en soit » Si la nature est dépourvue de raison, elle n'a donc qu'une valeur relative. Elle est donc définie comme moyen, au service d'une fin qui lui est extérieure Cette distinction Kantienne fait des êtres raisonnables des objet de respect (= humains), et suggère ainsi que la nature n'est pas digne de respect III - Des enjeux écologique, mettant en question la capacité à penser une nature dénaturée A-Rien n'est naturel? Suspendre ce paradoxe apporte une réponse possible à la « nature dénaturée ». -> L'homme comme tout être vivant peut transformer la nature. Bien qu'il boulversé les équilibre établis, il est lui même le produit de la nature On constate de nos jours les limites de la conception utilitaire de la nature. Le monde naturel, transformé par l'homme, se retourne contre lui. Si l'on suspend la différence entre artificiel et naturel, comment comprendre le référent auquel renvoie le mot « nature » Anthropologie (= science qui étudie l'homme) et la philosophie, distinguent la nature et la culture pour parler de l'Homme : ce qui ne relève pas de l'instinct, mais qui varie selon les milieux (langues...) est propre à la culture -> On peut affirmer que la culture est dans la nature de l'homme. Cependant, chaque communauté, au delà de la culture naturelle, produit des éléments identifié « culturels » (coutumes...) Descola critique le dualisme entre nature et culture : La question de la nature ne s'est << guère posée pour de nombreuses cultures. Cest la un fétiche qui nous est propre (aux occidentaux) Le concept de nature n'est pas universel. Pour les indiens d'Amazonie, les plantes et animaux peuvent être perdu comme des entité humaines, et inversement pour les humains -> L'ensemble de ce qui existe n'est pas compris à travers la dualité Naturel / non Naturel 3 - Le danger de l'argument naturaliste Conserver cette dualité, et donc la domination de l'homme sur la nature, peut s'exercer contre l'humanité elle même -> se produit quand les concepts de naturel et nature justifient des pratiques humaines EXEMPLE: l'inégalité des sexes est d'origine « naturelle », l'homosexualité est « contre nature » << L'idée antique de suivre la nature n'est pas sans danger, on peut perdre de vue la dimension axiologique (qui implique un système de valeurs) de son concept C-La nécessité d'une réflexion éthique et politique Réfléchir à la nature, c'est réfléchir aux valeurs que nous mettons dans ce concept. -> L'idée rejoint le besoin de mener une réflexion éthique et politique sur la nature en raison es enjeux écologique L'écologie étudie l'interaction êtres vivants / milieu, et postule qu'ils parviennent à un équilibre La pensée politique fait de l'écologie, par des mesures politique, la défense de cet équilibre ● ● La pensée écologique continue de distinguer homme / nature, rapport quoi se complexifie. À notre époque, les actions humaines ont un impact significatif sur l'équilibre global du « tout ». -> âge de l'anthropocène Plus qu'une valeur, l'opposition naturel / artificiel est un constat Conclusion Il est difficile de parvenir à un concept unifié de la nature. À travers l'histoire, son usage et signification ont évolués. S'en dégage l'idée que la nature repose sur des postulats métaphysique du monde (finalisme, mécanisme ). Ils implique que la nature est un concept axiologique. Il faut donc mettre à jour ces valeurs, soit pour s'en méfier et se garder d'un argument qui prescrit aux homme leur manière « naturelle » d'agir, soit pour défendre les valeurs détruite par la pensée utilitaire Concepts: Absolu (+ relatif) - Désigne ce qui ne dépend que de soi et n'est donc relatif à rien. La nature, si elle n'est pas l'absolu et même si elle est infinie, dépend d'un dieu créateur. L'homme fini pourrait avoir une liberté absolue. Anthropique - Qui se rapporte à l'espèce humaine. Anthropocentrisme - Attitude qui consiste à placer l'homme au centre de tout. Anthropologie – Science humaine qui étudie l'homme dans son ensemble et non sous l'un de ses aspects Axiologique / épistémologique / ontologique – : L'axiologie pose la question de la valeur et de la hiérarchie morale, l'épistémologie celle de savoir com- ment on peut connaître quelque chose, l'ontologie quant à elle se demande ce qu'est un type de chose. Cela désigne donc trois ordres de question qui sont cependant liés. Cause finale ( + cause efficiente) – Deux types essentiels de causalité, la première renvoyant à la présence d'un but, la seconde, qui correspond à ce que l'on entend par cause tout court de nos jours, c'est-à-dire le fait de produire automatiquement, aveuglément, un effet : la chute d'une pierre sur ma tête est la cause de son écrasement, la pierre n'avait pas ce but. En revanche, le désir de s'abriter de la pluie est la cause finale qui explique l'existence du parapluie. Accroches: Kant << agis de telle sorte que la maxime de ton action puisse être érigée par ta volonté en une loi universelle >> St Exupéry « nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtre, nous l'empruntons à nos enfants » << Jonas « L'homme est devenu dangereux, non seulement pour lui même, mais pour la biosphère entière >> Bachelard « rien ne va de soit, rien n'est donné, tout est construit » Descartes « Il faut se rendre comme maître et possesseur de la nature >> Sartre « l'existence précède l'essence » ( nous ne somme rien, donc on peut tout être) << Lévi Strauss « le barbare c'est d'abord celui qui croit à la barbarie » Louis XV << après moi le déluge >> Marleau-Ponty « tout est naturel et tout est fabriqué chez l'homme >>