Philosophie /

Philosophie - La Conscience

Philosophie - La Conscience

 Qu'est ce que la conscience ?
- conscience = « cum scientia » : connaissance de soi, du monde, du bien et du mal (conscience
morale)
le sav

Philosophie - La Conscience

user profile picture

Anaelle Marcou

2707 Followers

Partager

Enregistrer

993

 

Tle

Fiche de révision

Bac 2022

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Qu'est ce que la conscience ? - conscience = « cum scientia » : connaissance de soi, du monde, du bien et du mal (conscience morale) le savoir de sa propre existence et aussi des choses extérieurs à nous - c'est le propre de l'homme et constitue sa grandeur par rapport à l'animal (paradoxe de Pascale) - 3 réalités distinctes : LA CONSCIENCE * conscience morale, être conscient de ces actes / avoir conscience de quelque chose * conscience psychologique, avoir conscience de quelque chose / perdre ou retrouver conscience conscience immédiate (ce qu’un individu perçoit sans effort = ex « j'ai faim ») conscience réfléchie (quand la conscience revient sur les données de la conscience immédiate pour les analyser et les juger = ex « je pense au fait que j'ai faim ») I/ La conscience est-elle une source de certitude ? 1) Le cogito (la certitude de la conscience de soi) DESCARTES XVIIe Pour lui: * conscience et pensées - la conscience et la pensée se confondent - être conscient = dire « je » pense - il n'y a pas que des pensées conscientes * l’objectif de Descartes au début des Méditations métaphysiques - déçu de ses études (il n'y trouve aucune réelle certitude), il recherche la vérité indubitable (dont on ne peut pas douter) qui est aussi sa...

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Légende alternative :

base pour le système philosophique qu'il cherche à faire * la méthode - le DOUTE (doute hyperbolique : « si quelque chose résiste à ce doute, alors, je ne serais pas loin de la vérité que je recherche ») il dis qu'il faut douter de tout au moins une fois dans sa vie pour se défaire de toutes les croyances et préjugés * le résultat - Descartes découvre une certitude absolue en doutant de tout = quand je doute un quelque chose doute il y a une pensée qui doute il y a une pensée il y a une existence = « je pense donc je suis » (cogito ergo sum) = je pense donc j'existe - la conscience de soi n'est pas inné mais acquise (exemple d'un enfant de 3ans = sentient) - cogito = certitude - la conscience c'est de l'esprit (immatériel) * objections au cogito cartésien - NIETZSCHE (XIX) voit dans cette pseudo certitude une superstition qui n'est rien d'autre qu'une habitude de langage (plutôt que « je pense », il faut dire « il y a de la pensée en moi » mais rien ne justifie qu'elle vienne de la conscience) - ‡ à ce que croit Descartes, la conscience peut être matérialisée : · neurobiologie = la pensée est due au cerveau (principe physique) - MARX : << la conscience est forgée par l'activité de l'homme », « ce n'est pas la conscience qui détermine l'existence, mais l'existence réelle qui détermine la conscience » (déterminisme historique) 2) la conscience de soi issue du cogito n'est-elle qu'une illusion du langage ? - Descartes : « je » = c'est nous qui pensons = certitude immédiate - Nietzsche : « je » ‡ « penser »> = · pseudo certitude (issue de l'habitude du langage) 3) la conscience, substance ou intentionnalité ? - Descartes se représente la conscience de manière immobile, close sur elle même = conception insulaire (île) de la conscience - pour lui, conscience = substance : il y a quelque chose de moi / la conscience qui reste la même - HUSSERL (XIX) : la conscience à toujours un objet de conscience = visée / orientée vers un objet de conscience extérieur à elle même intentio = être dirigé vers = l'intentionnalité de la conscience - la conscience devient alors une manière de viser le monde : il n'y a pas d'un coté le monde (réalité) et de l'autre le sujet (l'individu) le monde n'existe que parce qu'il peut être perçu par une conscience la conscience n'est que portée vers une réalité à percevoir - SARTRE : «< la conscience n'a pas de dedans, elle n'est rien que le dehors d'elle-même » II/ La conscience de soi est-elle une connaissance de soi ? savoir que l'on est = certitude d'après le cogito de Descartes = dire « je » savoir qui l'on est = pas une certitude ( bien ou trop bien placé pour le savoir?) - Socrate : : << connais toi toi-même » dans Fronton de Temple de Delphes = une existence humaine ne peut pas se passer d'une introspection * richesse de l’introspection · Descartes : conscience = savoir (dimension réflexive et donc envisager de savoir qui l'on est) - le sujet = substance = identité du moi à travers le temps - 'je suis le mieux placé pour me connaître'/ la connaissance de notre âme = la plus simple et claire - mais il ne suffit pas de constater notre état pour cerner notre essence constater = recueillir un état connaître = savoir l'accompagner de la conscience des choses * limites de l'introspection nous sommes le plus proche de nous même mais nous ne pouvons qu'acquérir par introspection qu'une connaissance partielle de nous même (subjective) - conscience de soi (immédiate et certaine) # connaissance de soi (demande du temps) - essence = être temporel possibilité de nous surprendre - KANT : quand on cherche à définir notre essence, on ne perçoit que des apparaître de nous même - problème d'objectivité : - Auguste Comte = difficultés de la connaissance de soi par soi car manque de recul exemple : un œil ne peut pas se voir lui-même << on ne peut pas être à la fois à la fenêtre et se regarder passer dans la rue » - Nietzsche: << Nul n'est plus que soi-même étranger à soi-même » dans Gai savoir - Paradoxe (impasse) : pour se connaître il faut instaurer une distance par rapport à soi (= devenir << étranger » à soi) MAIS si on est étranger à soi on ne peut pas se connaître - Sartre : << l'introspection est un leurre » = pour se connaître il faut par rapport à soi une certaine distance (distance = séparation) la connaissance de soi = quasiment impossible = = on ne peut pas s'enfermer dans une essence = ce serait se condamner à n'être que cela = dans L'être et le néant : « prendre conscience qu'on est timide c'est ne pas être timide aussi naïvement. Désormais, il y a le moi timide, et le je qui sait que le moi est timide. La vie est une comédie >> = ambiguïté de la notion de personne (quelqu'un de singulier) latin persona = masque de théâtre (la personne que l'on est se cache derrière le personnage que l'on joue, ou la personnalité affichée - L'identité humaine n'est jamais bâti définitivement, elle est en reconstruction permanente : III/ La conscience, privilège ou épiphénomène ? phénomène secondaire PASCAL * double nature = 3) personnalité = mes # faible, misère de l'homme grandeur de l'homme (pensée, conscience de sa faible valeur morale) « L'Homme n'est qu'une roseau, mais c'est un roseau pensant >> La conscience est le savoir de sa propre existence et des choses extérieurs 1) personne = identité universelle ΜΟΙ 2) personnage = rôle, manière d'être NIETZSCHE * Il s'oppose à Descartes qui faisait de la conscience la supériorité de l'homme - Il renverse les valeurs : la conscience n'est qu'un résultat par défaut, elle est l'expression d'une faiblesse de l'homme épiphénomène - la pensée > la conscience (un fardeau?)

Philosophie /

Philosophie - La Conscience

user profile picture

Anaelle Marcou  

Suivre

2707 Followers

 Qu'est ce que la conscience ?
- conscience = « cum scientia » : connaissance de soi, du monde, du bien et du mal (conscience
morale)
le sav

Ouvrir l'appli

Bac 2022

Qu'est ce que la conscience ? - conscience = « cum scientia » : connaissance de soi, du monde, du bien et du mal (conscience morale) le savoir de sa propre existence et aussi des choses extérieurs à nous - c'est le propre de l'homme et constitue sa grandeur par rapport à l'animal (paradoxe de Pascale) - 3 réalités distinctes : LA CONSCIENCE * conscience morale, être conscient de ces actes / avoir conscience de quelque chose * conscience psychologique, avoir conscience de quelque chose / perdre ou retrouver conscience conscience immédiate (ce qu’un individu perçoit sans effort = ex « j'ai faim ») conscience réfléchie (quand la conscience revient sur les données de la conscience immédiate pour les analyser et les juger = ex « je pense au fait que j'ai faim ») I/ La conscience est-elle une source de certitude ? 1) Le cogito (la certitude de la conscience de soi) DESCARTES XVIIe Pour lui: * conscience et pensées - la conscience et la pensée se confondent - être conscient = dire « je » pense - il n'y a pas que des pensées conscientes * l’objectif de Descartes au début des Méditations métaphysiques - déçu de ses études (il n'y trouve aucune réelle certitude), il recherche la vérité indubitable (dont on ne peut pas douter) qui est aussi sa...

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Knowunity

#savoirpourtous

Ouvrir l'appli

Légende alternative :

base pour le système philosophique qu'il cherche à faire * la méthode - le DOUTE (doute hyperbolique : « si quelque chose résiste à ce doute, alors, je ne serais pas loin de la vérité que je recherche ») il dis qu'il faut douter de tout au moins une fois dans sa vie pour se défaire de toutes les croyances et préjugés * le résultat - Descartes découvre une certitude absolue en doutant de tout = quand je doute un quelque chose doute il y a une pensée qui doute il y a une pensée il y a une existence = « je pense donc je suis » (cogito ergo sum) = je pense donc j'existe - la conscience de soi n'est pas inné mais acquise (exemple d'un enfant de 3ans = sentient) - cogito = certitude - la conscience c'est de l'esprit (immatériel) * objections au cogito cartésien - NIETZSCHE (XIX) voit dans cette pseudo certitude une superstition qui n'est rien d'autre qu'une habitude de langage (plutôt que « je pense », il faut dire « il y a de la pensée en moi » mais rien ne justifie qu'elle vienne de la conscience) - ‡ à ce que croit Descartes, la conscience peut être matérialisée : · neurobiologie = la pensée est due au cerveau (principe physique) - MARX : << la conscience est forgée par l'activité de l'homme », « ce n'est pas la conscience qui détermine l'existence, mais l'existence réelle qui détermine la conscience » (déterminisme historique) 2) la conscience de soi issue du cogito n'est-elle qu'une illusion du langage ? - Descartes : « je » = c'est nous qui pensons = certitude immédiate - Nietzsche : « je » ‡ « penser »> = · pseudo certitude (issue de l'habitude du langage) 3) la conscience, substance ou intentionnalité ? - Descartes se représente la conscience de manière immobile, close sur elle même = conception insulaire (île) de la conscience - pour lui, conscience = substance : il y a quelque chose de moi / la conscience qui reste la même - HUSSERL (XIX) : la conscience à toujours un objet de conscience = visée / orientée vers un objet de conscience extérieur à elle même intentio = être dirigé vers = l'intentionnalité de la conscience - la conscience devient alors une manière de viser le monde : il n'y a pas d'un coté le monde (réalité) et de l'autre le sujet (l'individu) le monde n'existe que parce qu'il peut être perçu par une conscience la conscience n'est que portée vers une réalité à percevoir - SARTRE : «< la conscience n'a pas de dedans, elle n'est rien que le dehors d'elle-même » II/ La conscience de soi est-elle une connaissance de soi ? savoir que l'on est = certitude d'après le cogito de Descartes = dire « je » savoir qui l'on est = pas une certitude ( bien ou trop bien placé pour le savoir?) - Socrate : : << connais toi toi-même » dans Fronton de Temple de Delphes = une existence humaine ne peut pas se passer d'une introspection * richesse de l’introspection · Descartes : conscience = savoir (dimension réflexive et donc envisager de savoir qui l'on est) - le sujet = substance = identité du moi à travers le temps - 'je suis le mieux placé pour me connaître'/ la connaissance de notre âme = la plus simple et claire - mais il ne suffit pas de constater notre état pour cerner notre essence constater = recueillir un état connaître = savoir l'accompagner de la conscience des choses * limites de l'introspection nous sommes le plus proche de nous même mais nous ne pouvons qu'acquérir par introspection qu'une connaissance partielle de nous même (subjective) - conscience de soi (immédiate et certaine) # connaissance de soi (demande du temps) - essence = être temporel possibilité de nous surprendre - KANT : quand on cherche à définir notre essence, on ne perçoit que des apparaître de nous même - problème d'objectivité : - Auguste Comte = difficultés de la connaissance de soi par soi car manque de recul exemple : un œil ne peut pas se voir lui-même << on ne peut pas être à la fois à la fenêtre et se regarder passer dans la rue » - Nietzsche: << Nul n'est plus que soi-même étranger à soi-même » dans Gai savoir - Paradoxe (impasse) : pour se connaître il faut instaurer une distance par rapport à soi (= devenir << étranger » à soi) MAIS si on est étranger à soi on ne peut pas se connaître - Sartre : << l'introspection est un leurre » = pour se connaître il faut par rapport à soi une certaine distance (distance = séparation) la connaissance de soi = quasiment impossible = = on ne peut pas s'enfermer dans une essence = ce serait se condamner à n'être que cela = dans L'être et le néant : « prendre conscience qu'on est timide c'est ne pas être timide aussi naïvement. Désormais, il y a le moi timide, et le je qui sait que le moi est timide. La vie est une comédie >> = ambiguïté de la notion de personne (quelqu'un de singulier) latin persona = masque de théâtre (la personne que l'on est se cache derrière le personnage que l'on joue, ou la personnalité affichée - L'identité humaine n'est jamais bâti définitivement, elle est en reconstruction permanente : III/ La conscience, privilège ou épiphénomène ? phénomène secondaire PASCAL * double nature = 3) personnalité = mes # faible, misère de l'homme grandeur de l'homme (pensée, conscience de sa faible valeur morale) « L'Homme n'est qu'une roseau, mais c'est un roseau pensant >> La conscience est le savoir de sa propre existence et des choses extérieurs 1) personne = identité universelle ΜΟΙ 2) personnage = rôle, manière d'être NIETZSCHE * Il s'oppose à Descartes qui faisait de la conscience la supériorité de l'homme - Il renverse les valeurs : la conscience n'est qu'un résultat par défaut, elle est l'expression d'une faiblesse de l'homme épiphénomène - la pensée > la conscience (un fardeau?)