Matières

Matières

Plus

SES: la monnaie et le financement

08/02/2022

896

27

Partager

Enregistrer

Télécharger


SES: la monnaie et le financement (1)
Une première explication de l'apparition de la monnaie, c'est qu'elle est apparue pour pallier aux pro
SES: la monnaie et le financement (1)
Une première explication de l'apparition de la monnaie, c'est qu'elle est apparue pour pallier aux pro
SES: la monnaie et le financement (1)
Une première explication de l'apparition de la monnaie, c'est qu'elle est apparue pour pallier aux pro

SES: la monnaie et le financement (1) Une première explication de l'apparition de la monnaie, c'est qu'elle est apparue pour pallier aux problèmes que suppose le système d'échange du troc. Pour qu'un échange ait lieu, il faut que l'ensemble des parties d'un échange soient d'accord pour échanger leur bien ou service contre le bien ou service de l'autre personne. Or, les individus ne le feront que si ils ont besoin de ce bien ou de ce service ou si ils ont la certitude qu'ils pourront l'échanger à nouveau par la suite . L'une des principales limites du troc est donc la « double coïncidence des besoins », qui est une situation relativement rare. Ajoutons à cela le problème de la périssabilité des denrées, l'asymétrie d'information sur la qualité des biens échangés etc. => Le troc est un système qui bride les échanges et le fonctionnement des marchés. Trac: Système économique d'échange, qui repose sur l'échange direct d'un bien contre un autre. Les premières formes de monnaie (métalliques ici, c'est-à-dire d'argent, d'or etc.) ont été retrouvées en Lydie (actuelle Turquie) et sont datées d'environ -630 avant Jésus-Christ. A cette époque le roi Crésus cherche un moyen de montrer sa puissance sur l'ensemble de son territoire et des territoires voisins, il va donc décider de produire des pièces...

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Knowunity est la meilleure application scolaire dans cinq pays européens.

Knowunity est la meilleure application scolaire dans cinq pays européens.

Knowunity a été mis en avant par Apple et a toujours été en tête des classements de l'App Store dans la catégorie Éducation en Allemagne, en Italie, en Pologne, en Suisse et au Royaume-Uni. Rejoins Knowunity aujourd'hui et aide des millions d'étudiants à travers le monde.

Ranked #1 Education App

Chargement dans le

Google Play

Chargement dans le

App Store

Tu n'es toujours pas convaincu ? Regarde ce que disent les autres élèves ...

Louis B., utilisateur iOS

J'aime tellement cette application [...] Je recommande Knowunity à tout le monde ! !! Je suis passé de 11 à 16 grâce à elle :D

Stefan S., utilisateur iOS

L'application est très simple à utiliser et bien faite. Jusqu'à présent, j'ai trouvé tout ce que je cherchais :D

Lola, utilisatrice iOS

J'adore cette application ❤️ Je l'utilise presque tout le temps pour réviser.

Légende alternative :

de monnaie à son effigie et de les répandre dans toute l'Asie Mineure. La monnaie a donc été avant tout un instrument politique avant d'être un instrument économique. La monnaie a tout d'abord pris la forme de denrées ou matériaux qui apportaient une certitude aux individus : celle de pouvoir l'échanger à nouveau ex: le sel, qui est une denrée très demandée. C'est ce qu'on appelle des « monnaies marchandises », elles sont apparues vers 6000 ans avec Jésus-Christ. Face aux inconvénients des monnaies marchandises, (le problème c'est qu'elles étaient encombrantes et souvent périssables et coûteuses à produire en grande quantité), les premières formes de monnaies divisionnaires se sont développées: les monnaies métalliques. Chaque pièce de monnaie faisait un poids précis d'un métal précieux (or ou argent). Ces pièces de monnaies pouvaient être frappées à « l'hôtel de la monnaie » : si vous aviez de l'or ou de l'argent vous pouviez le transformer en monnaie métallique. Ces métaux sont rares et précieux, ce qui assure que tout le monde accepte cette monnaie d'échange. (Aujourd'hui les pièces de monnaie<< divisionnaires » ne sont plus en or ou en argent mais en cuivre.) mais transporter, tout une cargaison d'or ou d'argent n'est pas chose aisée. La monnaie fiduciaire s'est alors développée avec l'apparition des premières banques centrales qui ont soutenu cette innovation (1668 pour la banque de Suède, 1694 pour la banque d'Angleterre). Il est plus simple de transporter un billet qu'un sac remplit de pièces de monnaies métalliques. Les tous premiers billets étaient des « certificats de dépôts », c'est-à-dire un papier officiel qui vous donnait le droit de retirer une quantité précise de monnaies métalliques stockées dans une banque que vous aviez vous-même stockée auparavant dans une autre banque, ou qu'une autre personne qui a utilisé son certificat de dépôt pour réaliser une transaction avait stockée. SES: la monnaie et le financement (2) La monnaie fiduciaire s'est peu à peu détaché de l'or tout au long de l'histoire pour atteindre sa forme actuelle : une valeur faciale parfaitement indépendante de sa valeur intrinsèque (un billet de 500 euros ne coûte que quelques centimes à produire). Elle constitue dans l'histoire la toute première forme de dématérialisation de la monnaie, la dématérialisation de la monnaie c'est le processus par lequel la valeur faciale d'une monnaie devient indépendante de sa valeur intrinsèque. Le système connait une succession de crise à la fin du XVIIIème siècle, car les banques émettent plus de billets qu'elles n'ont d'or dans leurs coffres, en accordant des crédits aux ménages. (Pour aller plus loin : c'est la fameuse controverse de la « currency school » us la « banking school »). L'ultime étape de la dématérialisation de la monnaie a été atteinte avec l'apparition de la monnaie « scripturale » : il s'agit de l'ensemble des écritures comptables des institutions financières, il s'agit là aussi d'une forme de dématérialisation de la monnaie. La dématérialisation de la monnaie a été possible dès lors que les individus ont eu davantage confiance dans les institutions monétaires garantes de la monnaie, que dans la valeur intrinsèque de celle-ci. mais ce processus a été plus long qu'on ne le croit : jusqu'en 1971, l'or était encore utilisé pour réguler la masse monétaire, sans être un intermédiaire d'échange direct, mais une unité de compte et réserve de valeur. (Pour aller plus loin : voir le système « Etalon-or »). La part respective de chaque forme de monnaie dans le montant total de monnaie en circulation en France a (=> masse monétaire) a considérablement changée au cours du temps. La monnaie divisionnaire (métallique à l'origine) a considérablement vu sa part diminuer, passant de plus de 90% de la monnaie en circulation en 1789 à moins de 1% aujourd'hui. La monnaie fiduciaire a vu sa part augmentée à partir de sa création jusqu'aux années 1960's, puis sa part diminuer, pour atteindre 15% aujourd'hui. La monnaie scripturale représente la forme de monnaie la plus répandue: 85% de la monnaie en circulation en France est de la monnaie scripturale. Sa part n'a cessé d'augmenter depuis 1945 et a connu une forte augmentation avec la généralisation de l'informatique et du numérique à partir des années 1980's. Avant de commencer l'activité, pour vous aider à comprendre: La monnaie possède différentes formes, ces formes sont plus ou moins liquides, la liquidité correspond à la plus ou moins grande capacité d'un actif (un actif est une chose qu'on détient, quelque chose qui a une valeur monétaire) à être accepté pour réaliser des échanges, sans voir sa valeur fluctuer. Ex: les actifs les plus liquides sont les pièces et les billets par définition puisque tout le monde accepte des pièces ou des billets et que leur valeur ne fluctue pas (au moins au sens strict). C'est pour cela qu'on parle de payer « en liquide ». Il est très important pour les autorités monétaires de connaître la quantité de monnaie en circulation dans un pays ainsi que les formes qu'elle revêt. Pour cela, les autorités monétaires utilisent « les agrégats monétaires ». Un agrégat monétaire est un indice qui regroupe plusieurs formes de monnaie, les plus utilisés sont les indicateurs « M1 », « M2 » & « M3 ». L'ensemble des formes de la monnaie en circulation, c'est-à-dire toute la monnaie en circulation à un instant T dans un pays (ou une zone monétaire comme la zone EURO) est appelé la « masse monétaire ». SES: la monnaie et le financement (3) Pour vous donner une idée en janvier 2021, il y avait en France, 2900 milliards d'euros en circulation, toutes formes confondues (Selon la Banque de France). Donc sous forme de pièces, de billets, d'écriture sur compte en banque (scripturale), d'actifs financiers, etc. La « masse monétaire » correspond à l'ensemble des formes de monnaie en circulation, elle comprend la monnaie divisionnaire, fiduciaire et scripturale, la quasi-monnaie : l'épargne, ainsi que les titres de créances négociables émis par les institutions financières. en circulation, c'est-à-dire toute la monnaie qui circule à l'instant T dans une économie. => Comment calculer la masse monétaire en circulation? Le concept essentiel qui va déterminer la manière dont les banques centrales vont pouvoir calculer la masse monétaire en circulation c'est la notion de liquidité. Plus un actif est liquide, plus il est facile de l'utiliser pour acheter des biens et services et moins le risque qu'il ne perde de la valeur est important. Les billets et pièces de monnaie sont par essence même la forme de monnaie la plus liquide (d'ailleurs on dit bien << payer en liquide »). A l'inverse si vous investissez en bourse et que vous acheter des actions (titre de propriété d'une entreprise), cette forme de conservation de la monnaie est d'une part beaucoup moins sûre car la valeur d'une action fluctue et vous prenez un risque de perte de capital, d'autre part si vous souhaitez acheter un bien ou service avec cette action, il vous faudra tout d'abord la revendre, ce qui est beaucoup plus compliqué que de simplement retirer des billets d'un distributeur. La liquidité d'un actif c'est donc la capacité d'un actif à être accepté pour réaliser des échanges ou à être transformé pour réaliser des échanges, sans perdre de valeur. La Banque Centrale utilise des « agrégats monétaires » pour classer et comptabiliser la monnaie en circulation en fonction du degré de liquidité: M1: Monnaie divisionnaire + fiduciaire + scripturale (la monnaie dite au sens «stricte »> la plus liquide) m2: M1 + les placements bancaires (livret d'épargne etc.) M3 M2 + une certaine catégorie de titres sur les marchés financiers : les « Titres de créances négociables » (on retrouve les actions dedans par exemple). Remarque: Il existe un agrégat M4, qui regroupe des actifs financiers de long terme (« bons du trésor », « OAT », etc.). La monnaie remplit différentes fonctions économiques : - La monnaie est tout d'abord une « unité de compte: »: c'est-à-dire que la monnaie, permet de mesurer la valeur d'un bien ou d'un service. Cela permet de pallier à la principale limite du troc: une infinité de prix relatifs. - La monnaie est également un « intermédiaire des échanges »: la monnaie est accepté par tous, et permet de réaliser des échanges. La monnaie permet ainsi de considérablement fluidifier le fonctionnement des marchés. -La monnaie comme « réserve de valeur » : La monnaie conserve sa valeur dans le temps, et permet donc aux agents économiques de réaliser une activité d'épargne, qui leur permettra de se procurer des biens et services plus tard. ● ● Cours écrit: A ces fonctions économiques, certains sociologues (notamment Georg Simmel 1858-1918 par exemple), se sont intéressés à la fonction sociale de la monnaie. La monnaie est créatrice de lien social, en effet elle constitue un élément commun à toutes les personnes qui l'utilisent, elle peut même être érigée en symbole comme c'est le cas dans la zone euro. Enfin, la monnaie est une institution, ce qui a conduit chaque individu à l'utiliser au quotidien et, ce qui a conduit à sa progressive dématérialisation, c'est l'accroissement de la confiance des individus envers la monnaie. La monnaie bénéficie aujourd'hui d'une confiance particulièrement importante, car derrière chaque monnaie des autorités publiques et monétaires (des banques centrales et des Etats par exemple) s'assurent que la monnaie pourra toujours être utilisée pour réaliser des transactions, épargner etc. On dit qu'il y a « création monétaire » quand la masse monétaire augmente. A l'inverse, on dit qu'il y a destruction monétaire » lorsque la masse monétaire diminue. <<