Français /

les femmes sous l’ancien régime - Olympe de Gouges

les femmes sous l’ancien régime - Olympe de Gouges

 Lecture analytique n° 10
Les femmes sous l'Ancien Régime, Olympe de Gouges, 1791
Les femmes ont fait plus de mal que de bien. La contrainte

les femmes sous l’ancien régime - Olympe de Gouges

user profile picture

Marine :)

30 Followers

Partager

Enregistrer

7

 

1ère

Fiche de révision

lecture analytique

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Lecture analytique n° 10 Les femmes sous l'Ancien Régime, Olympe de Gouges, 1791 Les femmes ont fait plus de mal que de bien. La contrainte et la dissimulation ont été leur partage. Ce que la force leur avait ravi, la ruse leur a rendu; elles ont eu recours à toutes les ressources de leurs charmes, et le plus irréprochable ne leur résistait pas. Le poison, le fer, tout leur était soumis ; elles commandaient au crime comme à la vertu. Le gouvernement français, surtout, a dépendu, pendant des siècles, de l'administration nocturne des femmes ; le cabinet n'avait point de secret pour leur indiscrétion ;ambassade, commandement, ministère, présidence, pontificat, cardinalat; enfin tout ce qui caractérise la sottise des hommes, profond et sacré, tout a été soumis à la cupidité et à l'ambition de ce sexe autrefois méprisable et respecté, et depuis la révolution, respectable et méprisé. Dans cette sorte d'antithèse, que de remarques n'ai-je point à offrir ! Je n'ai qu'un moment pour les faire, mais ce moment fixera l'attention de la postérité la plus reculée. Sous l'ancien régime, tout était vicieux, tout était coupable ; mais ne pourrait-on pas apercevoir l'amélioration des choses dans la substance même des vices ? Une femme n'avait besoin que d'être belle ou aimable; quand elle...

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Légende alternative :

possédait ces deux avantages, elle voyait cent fortunes à ses pieds. Si elle n'en profitait pas, elle avait un caractère bizarre, ou une philosophie peu commune, qui la portait au mépris des richesses ; alors elle n'était plus considérée que comme une mauvaise tête : la plus indécente se faisait respecter avec de l'or ; le commerce des femmes était une espèce d'industrie reçue dans la première classe, qui, désormais, n'aura plus de crédit. S'il en avait encore, la révolution serait perdue, et sous de nouveaux rapports, nous étions toujours corrompus ; cependant la raison peut-elle se dissimuler que tout autre chemin à la fortune est fermé à la femme que l'homme achète, comme esclave sur les cotes d'Afrique. La différence est grande ; on le sait. L'esclave commande au maître ; mais si le maître lui donne la liberté sans récompense, et à un âge où l'esclave a perdu tous ses charmes que devient cette infortunée ? Le jouet du mépris ; les portes même de la bienfaisance lui seront fermées ; elle est pauvre et vieille, dit-on ; pourquoi n'a-t-elle pas su faire fortune ? Introduction : Née à Montauban en 1748, Marie Gouze prendra le pseudonyme d'Olympe de Gouges. Cette femme de lettres, fréquente les milieux littéraires, auteur de pamphlets, d'une trentaine de pièces de théâtre dont Zamore et Mirza ou l'Esclavage des Noirs publiée en 1784.Elle lutte pour l'abolition de l'esclavage et l'émancipation des femmes en particulier dans la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne qui sera placardée sur les murs de Paris et publiée en septembre 1791. C'est une réponse à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789, texte phare de la Révolution. En écrivant ce texte, Olympe de Gouges met en avant le fait que « droits de l'Homme » ont été compris en faveur des hommes et que les femmes ont été exclues de ces droits. Le préambule de cette déclaration calqué sur la Déclaration des Droits de l'Homme est un texte de revendications politiques et sociales. Olympe de Gouges livre un plaidoyer audacieux et courageux pour l'égalité entre hommes et femmes tant dans leur statut que pour leur responsabilité citoyenne. Lecture + Problématique : De quels procédés rhétoriques Olympe de Gouges se sert-elle pour dénoncer les rapports entre les hommes et les femmes ? Annonce du plan Des encouragements paradoxaux ( du début à “respectable et méprisé” a) Installer l'opposition entre les hommes et les femmes Citations Procédés Négation "Le plus irréprochable ne leur résistait pas" L.2/3 "La ruse" L.2 assimilée aux femmes est en opposition avec "La sottise des hommes" L.6/7 b) Une critique totale Citations "Les femmes ont fait plus de bien que de mal” L.1 "Mal", "contrainte", "dissimulation" L.1 "Crime" L.3, "poison"L.4 "Elles commandaient au crime comme à la vertu" L.3/4 << Le gouvernement français, surtout, a dépendu, pendant des siècles, de l'administration nocturne des femmes » L.4/5 << ambassade, commandement, ministère, présidence, pontificat, cardinalat ; » L.5/6 << tout a été soumis à la cupidité et à l'ambition de ce sexe » L.7 Groupe nominal + complément du nom Procédés Antithèse Lexique du mal assimilé aux femmes Antithèse crime/ vertu Complément circonstanciel de temps Énumération Pronom défini <<< tout >> Interprétations Révèle la faiblesse des hommes et la force manipulatrice des femmes La femme est placée en être supérieur aux hommes par son pouvoir de perversion et de manipulation Interprétations Dénonciation des abus de la femme. Phrase simple incisive choque et interpellé le lecteur car ODG pose un jugement tranchant et moral sur les femmes sous l'ancien régime X Pouvoir antithétique des femmes et problématique Marque l'influence des femmes en politique ODG dénonce cette influence réductrice <<. »> = métaphore pour parler de la perversion/manipulation charnelle de la femme sur l'homme euphémisme/ Marque emprise globale de la femme sur toutes les statues sociales Marque plein-pouvoir des femmes sur tous les hommes c) Ambiguïté de la critique des femmes Citations << autrefois respectable et méprisé » L.8 « Depuis la révolution respectable et méprisé » L.8 II- a) Analyser l'expression de la colère « Je n'ai qu'un moment pour les faire » L.8/9 Procédés Adverbe de temps Suffixe << able >> L'argument central (de “Dans cette sorte" à "corrompus") Citations Procédés << Dans cette sorte d'antithèse, Expression de la colère par la que de remarques n'ai-je point à ponctuation exclamative + offrir ! » L.8 expression de la subjectivité Négation << mais ce moment fixera l'attention de la postérité la plus reculée » L.9 Antithese Citations << Sous l'ancien régime, tout était vicieux, tout était coupable >> L.9/10 << Une femme n'avait besoin que d'être belle ou aimable » L.11 << quand elle possédait ces deux avantages, elle voyait cent fortunes à ses pieds. » L.11/12 << Si elle n'en profitait pas, elle avait un caractère bizarre, ou une philosophie peu commune >> L. 12/13 Négation restrictive Conjonction de coordination Futur + réf à la « prospérité Procédés Complément circonstanciel de Temps + pronom indéfini couplé à des adjectifs péjoratifs Négation restrictive Interprétations Caractérise la femme de l'ancien régime Marque la possibilité = ODG révèle la femme passée comme un objet de possible mépris pour ses manipulations b) Expliciter l'argumentation = une argumentation qui critique la femme de l'ancien régime et valorise la femme moderne Antithèse numérique << deux/ cent >> Femme nouvelle devient un sujet de possible respect = progrès/ tend à devenir égal à l'homme X Interprétations ODG utilise le pronom personnel << je »: implication directe de l'auteure dans son argumentation/ engagement + ironique marque la révolte de l'auteure Mime temps de parole réduit de la femme en société Marque une volonté de changement imminent pour l'auteure Interprétations Portrait accusateur des temps passés Perte essence de la femme qui était superficielle Paradoxe/ Absurdité de la réussite Expression de la condition << si >> + jugement moral et social réducteur << alors elle n'était plus considérée que comme une mauvaise tête » L. 13/14 << la plus indécente se faisait respecter avec de l'or » L.14 << le commerce des femmes était une espèce d'industrie » L. 14/15 << qui, désormais, n'aura plus de crédit » L.15 Citations << tout autre chemin à la fortune est fermé à la femme que l'homme achète, » L.17 << comme esclave sur les cotes d'Afrique » L.17 << L'esclave commande au maître » L.17/18 Négation restrictive Antithèse « Mais » L.18 << si le maître lui donne la liberté sans récompense, et à un âge où l'esclave a perdu tous ses charmes que devient cette infortunée » L.18/19 << les portes même de la bienfaisance lui seront fermées >> L.19/20 << elle est pauvre et vieille, dit- on ; pourquoi n'a-t-elle pas su faire fortune ? » L.20 Utilisation de l'imparfait Proposition subordonnée relative + adv temps + futur III- La comparaison avec l'esclavage (de “ce pendant" à la fin) a) Fonctionnement de la comparaison = ODG utilise la comparaison pour interpeller le lecteur, la lectrice et inventer ses contemporaines à s'affranchir et s'émanciper Procédés Présent de vérité générale + réification de la femme objet Comparaison X b) Interroger les représentations Citations Procédés Conjonction de coordination Question rhétorique/ interpelle Futur Argumentation simpliste presque en syllogisme de ODG montre l'absurdité du mérite féminin sous l'ancien régime. Marque la supercherie du jugement moral ODG appelle à l'indignation et au changement : réification des femmes Interrogation Temps ancien Marque un appel au changement Interprétations Échec de ce scénario Femme comme esclave de l'homme Différence avec la femme qui ne commande pas à l'homme Interprétations Marque raisonnement ODG Retour à l'analogie féminine et l'importance de son physique Présente cette situation comme inéluctable pour la femme ODG interroge ses contemporaines/ interpelle sur l'urgence de réagir + injustice du temps envers les femmes. L'auteure invite ses lectrices à devenir autodidactes et s'émanciper du joug masculin. Conclusion: Ce texte est marqué par l'incorporation de discours dominants, inégalitaires, qu'Olympe de Gouges cherche à déconstruire. Cela peut brouiller la compréhension, mais le travail sur le rythme ainsi que la mise en scène du dialogue compensent cette difficulté en rendant le texte plaisant ; Nous pouvons rapprocher l'oeuvre d'Olympe de Gouge à celle de Diderot, Mme de La Pommeraye qui nous montre la aussi, le faussé entre les genres et le combat de la femme pour le diminuer.

Français /

les femmes sous l’ancien régime - Olympe de Gouges

les femmes sous l’ancien régime - Olympe de Gouges

user profile picture

Marine :)

30 Followers
 

1ère

Fiche de révision

Ce contenu est seulement disponible dans l'appli Knowunity.

 Lecture analytique n° 10
Les femmes sous l'Ancien Régime, Olympe de Gouges, 1791
Les femmes ont fait plus de mal que de bien. La contrainte

Ouvrir l'appli

lecture analytique

Contenus similaires

user profile picture

3

discours sur la servitude volontaire - Étienne de la Boitie

Know discours sur la servitude volontaire - Étienne de la Boitie  thumbnail

33

 

1ère

user profile picture

4

lecture linaire oral français

Know lecture linaire oral français  thumbnail

19

 

1ère

user profile picture

4

dissertation olympe de gouges

Know dissertation olympe de gouges  thumbnail

23

 

1ère

user profile picture

2

le postambule d’olympes de gouges

Know le postambule d’olympes de gouges  thumbnail

6

 

1ère

Lecture analytique n° 10 Les femmes sous l'Ancien Régime, Olympe de Gouges, 1791 Les femmes ont fait plus de mal que de bien. La contrainte et la dissimulation ont été leur partage. Ce que la force leur avait ravi, la ruse leur a rendu; elles ont eu recours à toutes les ressources de leurs charmes, et le plus irréprochable ne leur résistait pas. Le poison, le fer, tout leur était soumis ; elles commandaient au crime comme à la vertu. Le gouvernement français, surtout, a dépendu, pendant des siècles, de l'administration nocturne des femmes ; le cabinet n'avait point de secret pour leur indiscrétion ;ambassade, commandement, ministère, présidence, pontificat, cardinalat; enfin tout ce qui caractérise la sottise des hommes, profond et sacré, tout a été soumis à la cupidité et à l'ambition de ce sexe autrefois méprisable et respecté, et depuis la révolution, respectable et méprisé. Dans cette sorte d'antithèse, que de remarques n'ai-je point à offrir ! Je n'ai qu'un moment pour les faire, mais ce moment fixera l'attention de la postérité la plus reculée. Sous l'ancien régime, tout était vicieux, tout était coupable ; mais ne pourrait-on pas apercevoir l'amélioration des choses dans la substance même des vices ? Une femme n'avait besoin que d'être belle ou aimable; quand elle...

Rien ne te convient ? Explore d'autres matières.

Apprendre avec plaisir grâce à nous

Aide aux devoirs

Grâce à la fonction "questions", tu as la possibilité de poser des questions à tout moment et de recevoir des réponses d'autres élèves.

Apprendre ensemble

Avec Knowunity, tu reçois des contenus d'apprentissage d'autres élèves d'une manière moderne et habituelle afin d'apprendre au mieux. Les élèves partagent leurs connaissances, échangent et s'entraident.

Sûr et testé

Qu'il s'agisse de résumés, d'exercices ou de fiches d'apprentissage, Knowunity assure la curation de tous les contenus et crée un environnement d'apprentissage sûr auquel votre enfant peut accéder à tout moment.

Télécharger l'application

Knowunity

#savoirpourtous

Ouvrir l'appli

Légende alternative :

possédait ces deux avantages, elle voyait cent fortunes à ses pieds. Si elle n'en profitait pas, elle avait un caractère bizarre, ou une philosophie peu commune, qui la portait au mépris des richesses ; alors elle n'était plus considérée que comme une mauvaise tête : la plus indécente se faisait respecter avec de l'or ; le commerce des femmes était une espèce d'industrie reçue dans la première classe, qui, désormais, n'aura plus de crédit. S'il en avait encore, la révolution serait perdue, et sous de nouveaux rapports, nous étions toujours corrompus ; cependant la raison peut-elle se dissimuler que tout autre chemin à la fortune est fermé à la femme que l'homme achète, comme esclave sur les cotes d'Afrique. La différence est grande ; on le sait. L'esclave commande au maître ; mais si le maître lui donne la liberté sans récompense, et à un âge où l'esclave a perdu tous ses charmes que devient cette infortunée ? Le jouet du mépris ; les portes même de la bienfaisance lui seront fermées ; elle est pauvre et vieille, dit-on ; pourquoi n'a-t-elle pas su faire fortune ? Introduction : Née à Montauban en 1748, Marie Gouze prendra le pseudonyme d'Olympe de Gouges. Cette femme de lettres, fréquente les milieux littéraires, auteur de pamphlets, d'une trentaine de pièces de théâtre dont Zamore et Mirza ou l'Esclavage des Noirs publiée en 1784.Elle lutte pour l'abolition de l'esclavage et l'émancipation des femmes en particulier dans la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne qui sera placardée sur les murs de Paris et publiée en septembre 1791. C'est une réponse à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789, texte phare de la Révolution. En écrivant ce texte, Olympe de Gouges met en avant le fait que « droits de l'Homme » ont été compris en faveur des hommes et que les femmes ont été exclues de ces droits. Le préambule de cette déclaration calqué sur la Déclaration des Droits de l'Homme est un texte de revendications politiques et sociales. Olympe de Gouges livre un plaidoyer audacieux et courageux pour l'égalité entre hommes et femmes tant dans leur statut que pour leur responsabilité citoyenne. Lecture + Problématique : De quels procédés rhétoriques Olympe de Gouges se sert-elle pour dénoncer les rapports entre les hommes et les femmes ? Annonce du plan Des encouragements paradoxaux ( du début à “respectable et méprisé” a) Installer l'opposition entre les hommes et les femmes Citations Procédés Négation "Le plus irréprochable ne leur résistait pas" L.2/3 "La ruse" L.2 assimilée aux femmes est en opposition avec "La sottise des hommes" L.6/7 b) Une critique totale Citations "Les femmes ont fait plus de bien que de mal” L.1 "Mal", "contrainte", "dissimulation" L.1 "Crime" L.3, "poison"L.4 "Elles commandaient au crime comme à la vertu" L.3/4 << Le gouvernement français, surtout, a dépendu, pendant des siècles, de l'administration nocturne des femmes » L.4/5 << ambassade, commandement, ministère, présidence, pontificat, cardinalat ; » L.5/6 << tout a été soumis à la cupidité et à l'ambition de ce sexe » L.7 Groupe nominal + complément du nom Procédés Antithèse Lexique du mal assimilé aux femmes Antithèse crime/ vertu Complément circonstanciel de temps Énumération Pronom défini <<< tout >> Interprétations Révèle la faiblesse des hommes et la force manipulatrice des femmes La femme est placée en être supérieur aux hommes par son pouvoir de perversion et de manipulation Interprétations Dénonciation des abus de la femme. Phrase simple incisive choque et interpellé le lecteur car ODG pose un jugement tranchant et moral sur les femmes sous l'ancien régime X Pouvoir antithétique des femmes et problématique Marque l'influence des femmes en politique ODG dénonce cette influence réductrice <<. »> = métaphore pour parler de la perversion/manipulation charnelle de la femme sur l'homme euphémisme/ Marque emprise globale de la femme sur toutes les statues sociales Marque plein-pouvoir des femmes sur tous les hommes c) Ambiguïté de la critique des femmes Citations << autrefois respectable et méprisé » L.8 « Depuis la révolution respectable et méprisé » L.8 II- a) Analyser l'expression de la colère « Je n'ai qu'un moment pour les faire » L.8/9 Procédés Adverbe de temps Suffixe << able >> L'argument central (de “Dans cette sorte" à "corrompus") Citations Procédés << Dans cette sorte d'antithèse, Expression de la colère par la que de remarques n'ai-je point à ponctuation exclamative + offrir ! » L.8 expression de la subjectivité Négation << mais ce moment fixera l'attention de la postérité la plus reculée » L.9 Antithese Citations << Sous l'ancien régime, tout était vicieux, tout était coupable >> L.9/10 << Une femme n'avait besoin que d'être belle ou aimable » L.11 << quand elle possédait ces deux avantages, elle voyait cent fortunes à ses pieds. » L.11/12 << Si elle n'en profitait pas, elle avait un caractère bizarre, ou une philosophie peu commune >> L. 12/13 Négation restrictive Conjonction de coordination Futur + réf à la « prospérité Procédés Complément circonstanciel de Temps + pronom indéfini couplé à des adjectifs péjoratifs Négation restrictive Interprétations Caractérise la femme de l'ancien régime Marque la possibilité = ODG révèle la femme passée comme un objet de possible mépris pour ses manipulations b) Expliciter l'argumentation = une argumentation qui critique la femme de l'ancien régime et valorise la femme moderne Antithèse numérique << deux/ cent >> Femme nouvelle devient un sujet de possible respect = progrès/ tend à devenir égal à l'homme X Interprétations ODG utilise le pronom personnel << je »: implication directe de l'auteure dans son argumentation/ engagement + ironique marque la révolte de l'auteure Mime temps de parole réduit de la femme en société Marque une volonté de changement imminent pour l'auteure Interprétations Portrait accusateur des temps passés Perte essence de la femme qui était superficielle Paradoxe/ Absurdité de la réussite Expression de la condition << si >> + jugement moral et social réducteur << alors elle n'était plus considérée que comme une mauvaise tête » L. 13/14 << la plus indécente se faisait respecter avec de l'or » L.14 << le commerce des femmes était une espèce d'industrie » L. 14/15 << qui, désormais, n'aura plus de crédit » L.15 Citations << tout autre chemin à la fortune est fermé à la femme que l'homme achète, » L.17 << comme esclave sur les cotes d'Afrique » L.17 << L'esclave commande au maître » L.17/18 Négation restrictive Antithèse « Mais » L.18 << si le maître lui donne la liberté sans récompense, et à un âge où l'esclave a perdu tous ses charmes que devient cette infortunée » L.18/19 << les portes même de la bienfaisance lui seront fermées >> L.19/20 << elle est pauvre et vieille, dit- on ; pourquoi n'a-t-elle pas su faire fortune ? » L.20 Utilisation de l'imparfait Proposition subordonnée relative + adv temps + futur III- La comparaison avec l'esclavage (de “ce pendant" à la fin) a) Fonctionnement de la comparaison = ODG utilise la comparaison pour interpeller le lecteur, la lectrice et inventer ses contemporaines à s'affranchir et s'émanciper Procédés Présent de vérité générale + réification de la femme objet Comparaison X b) Interroger les représentations Citations Procédés Conjonction de coordination Question rhétorique/ interpelle Futur Argumentation simpliste presque en syllogisme de ODG montre l'absurdité du mérite féminin sous l'ancien régime. Marque la supercherie du jugement moral ODG appelle à l'indignation et au changement : réification des femmes Interrogation Temps ancien Marque un appel au changement Interprétations Échec de ce scénario Femme comme esclave de l'homme Différence avec la femme qui ne commande pas à l'homme Interprétations Marque raisonnement ODG Retour à l'analogie féminine et l'importance de son physique Présente cette situation comme inéluctable pour la femme ODG interroge ses contemporaines/ interpelle sur l'urgence de réagir + injustice du temps envers les femmes. L'auteure invite ses lectrices à devenir autodidactes et s'émanciper du joug masculin. Conclusion: Ce texte est marqué par l'incorporation de discours dominants, inégalitaires, qu'Olympe de Gouges cherche à déconstruire. Cela peut brouiller la compréhension, mais le travail sur le rythme ainsi que la mise en scène du dialogue compensent cette difficulté en rendant le texte plaisant ; Nous pouvons rapprocher l'oeuvre d'Olympe de Gouge à celle de Diderot, Mme de La Pommeraye qui nous montre la aussi, le faussé entre les genres et le combat de la femme pour le diminuer.